Retour sur l’atelier d’astrométéo de février 2021: L’Élément EAU
15 juillet 2021

Par René Le Brodeur, chercheur

Dressons le constat

Après quelques mois d’observations consacrées aux mouvements saisonniers, certains astrologues ont pu avoir l’impression que la grande balise annuelle appelée MOUVEMENT EAU était discréditée par sa non pertinence en regard du temps sec ayant prévalu en avril, mai et juin 2021. Mais qu’en est-il exactement ? Expliquons la particularité du patron météo annuel.

Les participants à l’atelier ont été avisés d’emblée qu’en météorologie, les énergies possèdent trois caractéristiques :

  • L’équilibre
  • L’excès
  • L’insuffisance

C’est le premier critère devant régir nos observations. Or pour l’année en cours, le constat s’avère incontestable : le grand mouvement annuel EAU dénote une sévère insuffisance. Il n’a pas plu beaucoup jusqu’à maintenant. Pourquoi ? Que s’est-il passé alors ? Quelle est la dynamique énergétique en présence lorsqu’un mouvement devient INSUFFISANT ? Le Neikig Sou Ouen est fort explicite à ce sujet. Lorsque cette modulation d’insuffisance survient, «l’élément EAU sera davantage contrôlé par la Terre, et le fils de l’Eau, le Bois, viendra plus tard, par la réplique, rétablir l’équilibre. Cela signifie également que l’Eau ne pourra inhiber le Feu et le Feu deviendra pléthorique». Par ailleurs, «quand l’Eau rencontre la Terre, l’Eau s’affaiblit davantage et son énergie devient celle de la Terre (Humidité)».  Mais un autre facteur doit être pris en considération.

Second vecteur important : Mars transite les signes de chaleur

L’astrologue est invité à prendre en compte l’impact d’un autre facteur, à savoir le transit de la planète Mars dans les signes du Cancer et du Lion. Durant ces périodes, la chaleur peut devenir plus intense quand la planète devient la Dominante d’un Ingrès ou d’une lunaison. Ou même d’un quartier lunaire. Et si la planète Mars traverse les signes de chaleur pendant la saison du Feu (les lunaisons Taureau, Gémeaux et Cancer), le climat peut devenir chaud, ce qui explique le peu de précipitations observées depuis la fin d’avril. Trop de Feu engendre de la sécheresse. Mais nous sommes toujours en année EAU (insuffisance). Examinons maintenant les conséquences de ce dérèglement climatique  au plan santé.

La nature des dysfonctionnements

Le mouvement EAU étant en insuffisance et en quelque sorte comprimé, il s’ensuit un entassement énergétique de la région basse du corps. Au cours de la saison froide (de novembre à février), l’énergie Yang se cache et ne remplira pas sa fonction de réchauffement. Des maladies réactionnelles pourront survenir comme :

  • Ballonnement et plénitude abdominale
  • Sensation de lourdeur dans le corps
  • Selles liquidiennes
  • Lombalgies
  • Douleurs plantaires
  • Inquiétude et mécontentement

Les pluies peuvent aussi être fréquentes et tomber soudainement. Après la pluie, le vent se met à souffler et parfois très fortement, occasionnant des tornades.

Un retour sur la lunaison Gémeaux

Lunaison à rebondissements multiples, la lunaison Gémeaux a été accompagnée d’une éclipse solaire. Elle était aussi en conjonction avec la planète Mercure (planète associée au Mouvement EAU/Froid dans l’énergétique chinoise). Ptolémée qualifiait toujours la lunaison Gémeaux de lunaison tempérée –c’est-à-dire sans excès de chaleur. C’est toujours vrai de nos jours et surtout sous nos latitudes. Et malgré quelques jours de canicule –l’aspect pléthorique du Feu–, cette lunaison a généré beaucoup de fraîcheur humide. Pendant une lunaison Gémeaux, le mercure peut descendre près du point de congélation (ce qui a été constaté dans quelques régions du Québec). L’éclipse a généré, en France notamment, des épisodes de pluies diluviennes avec des stagnations nuageuses importantes au-dessus de certaines régions. Il est à noter qu’un Mercure rétrograde en aspect avec une lunaison quelconque peut engendrer des épisodes de stagnations nuageuses et de pluies récurrentes. Il y a longtemps que les astrologues savent que les éclipses peuvent entraîner des bouleversements climatiques. Une éclipse provoque ipso facto une occultation des rayons, un phénomène astronomique qui peut favoriser autant l’insuffisance des qualités élémentales du «dominant» que l’excès de ces mêmes qualités.

Demeurer vigilant dans le processus d’observation

Finalement, toute prévision climatique doit s’accompagner d’observations rigoureuses et méthodiques, dans la mesure où les mouvements énergétiques se transforment d’un mois lunaire à l’autre. Il n’y a rien de statique en astrométéorologie. Pas plus qu’en astrologie d’ailleurs. Tout peut être expliqué. Et si on ne peut pas expliquer, c’est qu’on n’aura pas cherché suffisamment la cause des phénomènes observés. J’invite donc les astrologues chercheurs à maintenir la vigilance dans le processus d’observation. C’est la tâche de tout scientifique qui se respecte. Et nous sommes des scientifiques par notre fonction première. Par conséquent, la valeur de nos ateliers astrologiques s’en trouvera renforcée si la connaissance est appliquée au vécu de l’astrologue ou encore dans la poursuite de ses observations.

Je tiens, en terminant, à remercier très sincèrement madame Lise Lacroix pour sa précieuse collaboration.

Rédigé à Shawinigan entre les 22 et 26 juin 2021.

 

Tous droits réservés – René Le Brodeur – juin 2021. L’auteur demeure seul responsable du contenu de son article.

Autres actualités

Phénomène de transmission des lunaisons

Phénomène de transmission des lunaisons

Par Carole Lalonde, astrologue professionnelle Les transmissions solaires produisent presque toujours des événements de première importance. Ce qui...

Apprivoiser Vulcain

Apprivoiser Vulcain

Par René Le Brodeur, chercheur En guise d’avant-propos Cela vaut-il la peine de parler d’une planète sur laquelle on dispose d’aussi peu...

Les deux zodiaques : tropical et sidéral

Les deux zodiaques : tropical et sidéral

Par Denise Chrzanowska, astrologue conseil, professeur d'astrologie et auteure Mouvement de déclinaison Déclinaison, selon Gouchon : C’est la...