Les deux zodiaques : tropical et sidéral
12 février 2021

Par Denise Chrzanowska, astrologue conseil, professeur d’astrologie et auteure

Mouvement de déclinaison

Déclinaison, selon Gouchon : C’est la distance nord/sud d’une planète per rapport au plan de l’équateur céleste. La déclinaison ressemble donc à la latitude céleste mais se mesure depuis l’équateur et non depuis l’écliptique. Les 6 premiers signes du zodiaque ont une déclinaison nord, les six autres ont une déclinaison sud. Le plan de l’écliptique forme avec celui de l’équateur un angle dont la valeur moyenne est de 23° 27’. Ainsi chaque jour de l’année, avec son ascension droite, la déclinaison du Soleil varie pour suivre la courbe d’une sinusoïde, en fait une lemniscate.

Le point vernal représente la jonction ou le croisement de l’équateur et de l’écliptique. Au printemps le Soleil franchit le point vernal; le Soleil est alors à 0° de déclinaison. Il atteint en avançant 90° le point le plus haut  en rapport à l’équateur au solstice d’été à 23°27’ de déclinaison. Puis il descend vers le point automnal à 0° de déclinaison et remonte 90°vers le haut au solstice d’hiver situé à 23°27 de déclinaison sud. C’est ce mouvement de haut en bas et de bas en haut qui se manifeste dans le mouvement de déclinaison. C’est ainsi que, pour la perception, sur la ligne d’horizon du lever du Soleil, la localisation de ce dernier dévie vers la gauche, revient puis dévie vers la droite et revient. Ce n’est pas un point fixe.

Notons que pour la Lune et les planètes, leur pas coïncident avec leur mouvement en latitude au nord ou au sud de l’écliptique. Cette description simple des pas ou du mouvement de la lune et des planètes en latitude et du Soleil en déclinaison est reliée à l’idée d’exaltation correspondant à la position de déclinaison nord au solstice d’été pour le Soleil et pour la Lune (dans son Nœud ascendant) et les planètes lorsqu’ils atteignent la latitude nord maximum.

Astrologie sidérale

Figure 1 – Signes et constellations inégales

Voici comment Robert Powell donne priorité à l’astrologie sidérale sur l’astrologie tropicale. Les Babyloniens, les Égyptiens et les réincarnationistes utilisaient le zodiaque sidéral. Celui-ci offre un cadre de référence premier aux mouvements du Soleil, de la Lune et des planètes alors que le zodiaque tropical ne se rapporte qu’au mouvement annuel du Soleil. Le sidéral est défini en relation aux étoiles fixes Aldébaran et Antarès, occupant respectivement le centre du Taureau et du Scorpion, les douze divisions fixes de 30° s’y rapportent. Le tropicaliste ne peut connecter sa perception visuelle car si Aldébaran est au centre du Taureau sidéral, il est à 9° Gémeaux pour le tropicaliste. De même Régulus est à 5° Lion sidéral mais à 0 Vierge tropical.

Or le zodiaque tropical est un mouvement du Soleil en déclinaison s’harmonisant au passage des saisons alors que le zodiaque sidéral est un modèle du mouvement du Soleil en longitude sur l’écliptique. Les douze pas du Soleil sont ensuite décrits en correspondance analogique avec les douze constellations sidérales.

Ce point de vue est confirmé par le fait que le mouvement en longitude du Soleil à travers le sidérale est le même pour les deux hémisphères alors que le mouvement du soleil en déclinaison est inversé dans l’hémisphère sud et en correspondance, les saisons aussi. Ainsi le phénomène de croissance au printemps, d’expansion en été, de fanaison en automne et de contraction en hiver correspond à la hauteur du Soleil à sa déclinaison, inverse dans l’hémisphère sud.

Ainsi le zodiaque tropical est-il un zodiaque secondaire dérivé analogiquement du zodiaque sidéral. Ce principe de dérivation a été appliqué aussi au mouvement de la Lune en latitude : c’est le zodiaque nodal ou draconitique de la lune. Celle-ci avance  en longitude à partir de son Nœud Nord  jusqu’à son exaltation en latitude nord maximum et jusqu’aux six signes suivants du zodiaque. De la même manière, des zodiaques secondaires peuvent être dérivés pour chacune des planètes à partir de leur mouvement en latitude, originant à leur nœud nord.

De saisir que le zodiaque sidéral est originel et que le zodiaque tropical en dérive par analogie saisonnière nous permet une compréhension plus profonde et nous offre un outil plus flexible pour décrire des phénomènes astronomiques et trace des interprétations psychologiques.

Les zodiaques tropical et sidéral ont coïncidé en 221 AD selon Fagan. Il donne à l’astrologie une solide base géométrique, confirmant que la position de l’équinoxe définissait le point d’origine des mesures d’ascension droite et de longitude. C’est le point vernal, lieu de rencontre de l’équateur et de l’écliptique, lequel s’éloigne d’un degré tous les 72 ans. La divergence actuelle dite ayanamsa est environ de 24°30’ puisque en 1983 le point vernal était 5°30 des Poissons sidéral, ce point étant le point de départ du zodiaque tropical. (Au 1er novembre 2020, il est à 25° 01’). Le point 0 du zodiaque sidéral est à 29° Vierge en conjonction à l’étoile Spica. La Vierge serait ainsi la première constellation puisqu’on va à rebours. Il faut entendre par ceci que la Vierge donne naissance à tout le zodiaque.

Robert Powell choisit de garder le zodiaque des constellations égales car il est parfois difficile de trancher la longueur d’une constellation donnée comme c’est le cas du Serpentaire Ophiucus qui a quelques étoiles dans le zodiaque et le reste au-dessus du zodiaque.

J’ouvre ici une parenthèse sur une symptomatologie que lorsqu’on transpose le zodiaque tropical au sidéral, le signe sidéral occupé précédemment par le Soleil soit occupée par une autre planète. En particulier Vénus ou Mercure et par conséquent ce signe est toujours mis en évidence. Ainsi dans le cas de Goethe, son Soleil tropical est en Vierge qui passe en Lion sidéral à 14° Mais sa Vénus est à 5° Vierge sidéral; donc il garde une signature Vierge marquée de sorte qu’il n’est pas facile dans une discussion entre sidéralistes et tropicalistes, de démarquer les influences des signes versus celles des constellations. Dans le cas qu’on vient de citer, que Goethe soit plutôt Lion ou Vierge, se démontre difficilement. On ne prouvera pas per de tels arguments la validité de tel zodiaque ou de tel autre. (Pour une utilisation en superposition, je donnerais en exemple mon propre thème astrologique où mon Soleil est à 8° Cancer tropical conjoint au Nœud Nord à 9° et à Saturne à 13°; cette triple position est en Gémeaux sidéral. Et j’ai Mercure conjoint mon Ascendant à 24° -26’ Cancer. J’ai reçu le talent de l’astrologie de par les Gémeaux mathématiciens mais la présence des mêmes astres en Cancer tropical signifie que je m’en sers pour aider l et nourrir es personnes comme une mère ou que je traduis les nombres par l’imagination interprétative dite herméneutique. J’ai eu 5 enfants tout de même. Le mode Gémeaux se transporte sur mon Ascendant en Cancer sidéral, ce qui confirme mon assertion.)

Notons que l’anthroposophe W. Schulte est d’avis qu’on doive utiliser les deux zodiaques. En effet dans la composante tropicale et son cycle annuel, on considère uniquement le rapport terre-soleil. La modification de leurs positions réciproques provoque dans la succession des mois et pour chacun des lieux de la terre des variations rythmiques dans  la position du soleil, ce qui détermine de façon décisive le cours annuel des phénomènes de vie sur terre. Si on considère uniquement le retour périodique du solstice, donc l’alternance entre le point le plus haut et le point bas du soleil. Ce phénomène est une respiration annuelle qui se traduit sous forme de vie éthérique présente dans les processus de formation et de développement de tous les êtres vivants et d’innombrables processus de la nature inorganique. (Remarquable est la vie des végétaux à cet égard).

Dans la composante sidérale, on regarde le changement de position du soleil dans le ciel des étoiles fixes lequel entraîne des différenciations qualitatives. C’est ici comme un mouvement circulatoire, le soleil se mouvant dans la périphérie cosmique des étoiles. Elle vit un rythme en relation avec les régions cosmiques supérieures de l’astral, ce domaine des essences qui renferment les archétypes impliqués dans la naissance des formes organiques sur terre. Ainsi l’image stellaire du Cancer gouverne, avec sa carapace, les forces formatrices de la cage thoracique, celle du Taureau, le larynx.

Le rapport entre les divisions de l’écliptique, les signes et les constellations ne cessent de se modifier, obligeant l’homme à recréer dans l’expérience intérieure un équilibre entre les forces émanant des signes et les forces formatrices cosmiques. Les étoiles influençant les formes organiques, ceci est démontré dans les formes végétales de la tulipe et du lis, la coupe qui se ferme et celle qui s’évase, l’une est gouvernée par la constellation de la Couronne boréale, l’autre par celle de la Lyre. La première est très visible au printemps, l’autre l’été.

Et si nous appliquons la Trutina Hermetis, nous obtenons la carte sidérale de la conception dite Epoch, déduite des rapports Soleil/Terre/Lune de la carte natale, donc des phases soli-lunaires et de la position de l’Ascendant. Cette carte de conception dessine la trajectoire des astres à partir de l’Incarnation jusqu’à la naissance et, à partir de l’équation 1 mois lunaire=7 ans, on peut lire une vie humaine de 72 ans.

Pourquoi le mois lunaire et non solaire? Parce que la formation du corps vital éthérique s’élabore à partir de l’action de la Lune, condensateur éthérique du système solaire et du ciel sidéral et régissant de ce fait la gestation.

À partir de la naissance, la terre prend le rôle formateur et la carte géocentrique tropicale sert alors à tracer les événements et la vie de la personnalité (physique, éthérique, astrale et mentale). Le thème sidéral peut être consulté à partir de la première révolution de Saturne à 29 ans.

Donc étant donné le rôle primordial que la lune joue sur la formation de l’enfant ^par le biais du corps vital ou éthérique pendant la gestation et

Étant donné que la terre prend le rôle formateur à partir de la naissance seulement, nous en concluons que la carte sidérale de conception influence particulièrement l’embryon et signe les talents et dons reçus ainsi que la forme physique du corps.

Ainsi donnons-nous raison à Schulte d’utiliser deux cartes, l’une sidérale s’appliquant davantage à la conception, l’autre tropicale à la naissance. (Si je reviens à mon thème de conception du 27 septembre 1944 alors, où Soleil Neptune Vénus et Mars sont conjoints en Balance tropicale, les deux premiers se trouveront donc en Vierge sidérale). Mais si on n’utilise pas le thème de conception, alors nous choisissons le thème de naissance tropical. Et les étoiles dessinent pour nous le sidéral.

Il reste que nous pensons que les constellations transfèrent analogiquement leur sens aux signes (que nous aurions intérêt à nommer de leur nom grec originel zoidia, signifiant à la fois image et être vivant. En fait pourrions-nous supposer que la jonction où le transfert des deux systèmes sidéral et tropical ouvrirait un cycle, celui de la précession des équinoxes où les constellations nourriraient les signes par « transfert énergétique », le dernier ayant commencé en 221 AD. Or cette période coïncidait avec le début de l’ère chrétienne laquelle a marqué un véritable tournant pour l’humanité, le christianisme ayant pour but d’édifier le Moi de l’homme; celui-ci commençait à se libérer ainsi de l’influence sidérale avant qu’il ne l’influence à son tour dans le futur. Et l’homme ne serait plus alors le jouet des dieux mais, ayant développé sa raison et sa conscience, il sera invité à jouer librement son sort et à dialoguer avec eux.

C’est ainsi que nous opterons pour un zodiaque tropical. Mais en y inscrivant les étoiles à 2° d’orbe des planètes ou des angles, comme celles-ci appartiennent toujours à leurs constellations (sidérales), les étoiles reconduisent donc l’énergie de cette constellation à la planète qui elle l’incarne pour nous. Ainsi si Algol est bien dans le signe du Taureau à 25°, elle porte la signature de la constellation extra-zodiacale  de Persée à qui elle appartient. Il reste que la planète conjointe à Algol en Taureau qui est le domicile de Vénus, sera gouvernée par Vénus comme aussi Algol. C’est donc par l’étoile qu’une planète se rattache à une constellation.

Certes ce sont les planètes qui tissent notre biographie dans notre chair alors que l’étoile reste fixe, se déplaçant en moyenne d’un degré en 72 ans, son influence alors se dissipant. Certes l’étoile qualifie mais c’est la planète qui l’incarne par un tissage de rythmes successifs autour de la terre. L’objectif est donc de saisir quels contes et quels mythes nous réincarnons à partir des étoiles Nous voulons tracer une voie humide intégrant les mots-clés que nous combinons dans un récit. Ainsi si Antarès, le cœur du Scorpion, est conjoint Mercure en longitude, elle ajoute une qualité de stratégie, de confrontation corps et âme que mercure, à chaque passage, incorpore et transmet à la vie intellectuelle du sujet.

Au-dessous et au-dessus de l’écliptique

J’ai publié une liste de 200 étoiles avec leur position en longitude, leur grandeur, leur position dans leur constellation  et leur taux de mobilité. Ainsi vous pouvez facilement inscrire vos étoiles sur votre thème.

Que dire des constellations sous l’écliptique? Comme Cetus, la Baleine, se tient sous les Poissons. Selon W. Sucher, elle appartient à une génération de monstres descendant du Pontus, le grand élémental de la mer Noire. Cette région inspirait la crainte aux Grecs car ils y ressentaient des pouvoirs indomptés travaillant derrière la nature. Ces forces descendaient des dieux mais avaient chuté trop profondément en partie lors des batailles de Zeus contre les Titans devenus les forces aveugles  et destructrices de la nature, les Titans étant une catégorie d’un passé glorieux de clairvoyance ne cadrant plus avec l’évolution humaine actuelle en conquête d’une pensée indépendante. Les Grecs voulaient surmonter ces forces lucifériennes. Il y a aussi Eridanus, Orion, le Grand et le petit Chien, Pollux et le Serpent de Lerne sous le zodiaque. Celles-ci réfèrent au sang, lieu des émotions et des passions lequel, s’il n’est purifié, nous fait devenir luciférien ou désincarné et grégaire.

Cependant les constellations au-dessus du zodiaque indiquent le futur. Ainsi le Chariot symbolise le développement intellectuel de l’Occident, le Dragon, la Petite et la Grande Ourse. Mais il y a aussi le risque d’attirer trop profondément les forces divines dans le monde humain que représentent ces dernières. Le Triangle, Andromède, Persée, Castor, Cassiopée, Céphée en sont d’autres. Ce sont les forces d’Ahriman ou Satan, essayant d’attacher l’homme à la matière par la pensée abstraite 9comme le numérique ou l’intelligence artificielle) dépourvue d’Esprit et faisant de la race humaine une machine parfaite  sans possibilité de faillite, d’où lui faudrait-il éliminer l’individualisme libertaire.

Le sens des étoiles

Tout en étant à l’intérieur du zodiaque des signes tropicaux, les planètes offrent des conjonctions ou oppositions à des étoiles. Enfin toute étoile comprise dans les limites de telle constellation s’y réfère comme à sa matrice.

À l’intérieur de la même constellation, les étoiles apportent un sens différent, selon qu’elles représentent une corne, une queue, une épaule, le dos ou un pied. Ainsi remarquait Powell lorsque le Soleil est près de Regulus, le cœur du Lion, comme ce fut le cas chez Napoléon, ce sont les forces du cœur qui s’expriment dans le courage. Ceci peut signifier aussi une égocentricité extraordinaire. En effet ce dernier n’a jamais considéré tous les hommes qui ont été sacrifiés dans ses guerres.

Si le Soleil est près de Denebola ou queue du Lion à 27° de la constellation de Lion mais au 20° du signe de la Vierge comme ce fut le cas à la naissance  de Tolstoï, la nature léonine est diffuse et périphérique. Il y a réceptivité  face aux impulsions qui proviennent de l’environnement comme ce fut le cas chez Tolstoï qui fonda une école pour les enfants des moujiks de son village.

Si le Soleil est au début du Lion à 130°, près de Zosma, sur le dos, comme ce fut le cas chez Goethe, il représente un effort de maintenir l’équilibre entre l’individu et l’environnement. Sa poésie qui ramenait des impulsions intérieures vers l’extérieur (ou le Conte du Serpent vert) et s’inspirant de la nature qu’il a étudié dans la botanique ou la lumière et les couleurs, était très réceptive à celle-ci. Cette ouverture l’a conduit aussi vers de nombreuses relations avec diverses femmes.

J’ai présenté dans la première édition 1996 de mon livre « Astrologie stellaire et mythologique », une liste d’étoiles principales des constellations zodiacales dans les pages 14 à 16 et à la fin une liste de 200 étoiles localisées à tel degré de longitude en 1975 avec leur pas annuel .259 à 265.Ce livre a été republié chez Lulu. Com après révision, ajouts en 2016.

J’ai utilisé le mythe correspondant aux constellations pour expliquer les sens des étoiles qui en font partie. Ainsi le mythe de Persée qui coupe la tête de la Méduse, Algol, dont la vue pétrifie et qui el montrant à Cetus la Baleine la pétrifie, sauvant ainsi Andromède, la pensée humaine, enchaînée sur le rivage qui allait être dévorés par ce monstre. Ce héros grec Persée désigne une constellation au-dessus du Bélier. Le Bélier est vindicatif et se bat les armes à la main justement. Ce mythe attache différentes constellations car Andromède est au-dessus des Poisson et Cetus est en-dessous de ceux-ci. De plus Andromède, la pensée humaine, est fille de l’initié Céphée au sommet du pôle nord et de Cassiopée à côté de lui, celle qui fut condamnée à tourner autour du pôle la tête en bas pour la punir de sa vantardise, disant que sa fille était plus belle que les Néréides, filles de Neptune. Nous avons 5 constellations au moins qui sont liées, chacune jouant son rôle. Le sens qu’on en tire complète ou explique les sens donnés par les Anciens.

Ainsi les explications données pour Algol ou bêta de Persée: » elle engendre violence, décapitation, pendaison, électrocution, elle cause la mort du natif ou celle des autres désignés » Ceci est rapporté par Robson, 1991. Mais sachons que la Méduse à la tête couverte de serpents symbolise l’ancienne clairvoyance comme celle des Pythies de Delphes. Or leurs oracles paralysaient la liberté du consultant sans dire qu’ils devaient être interprétés par les prêtres car souvent incohérents. Au passage du point vernal du Bélier aux Poissons, l’homme devait apprendre à penser par lui-même pour conquérir sa liberté comme l’ont fait les philosophes grecs justement alors qu’autrefois c’étaient des êtres spirituels qui guidaient l’homme. Ce passage est dramatique. Ainsi regardons le thème de Karl Marx (p.51) né le 5 mai 1818 à 2 heures LMT à Trèves en Prusse. Sa Vénus à 27°31 Taureau est conjointe Algol. Cette planète est maître de III et de VIII et maîtrise son Soleil, sa Lune et son Nœud Lunaire. Or la pensée qu’il exprime dans ses publications et dans toute son œuvre ne détruit-elle pas le sens de la propriété privée et du capital individuel, les considérant comme une transgression coupable envers l’humanité? Cette idéologie n’est-elle pas responsable d’hécatombes et de meurtres considérables de pays entiers dont la révolution bolchevique en Russie sous la conduite de Lénine? L’influence d’Algol y est perceptible.

Sa Lune et son Soleil (maître de VI et de VII en II) sont conjoints à Almach, gamma d’Andromède, qui lui confère honneurs  et élévation (tel que rapporté par Robson). Or Andromède signifie « pensée humaine » Et en fait Marx se présente comme un philosophe rationalisant l’économie politique, un dialecticien matérialiste systématisant toute vie sociale sous forme d’une idéologie de lutte des classes. Il fut le fondateur du socialisme scientifique et un penseur influent. Il fut éditeur du Rheinische Zeitung. Il publia le Manifeste communiste, Das Kapital, Critique de l’économie politique, La guerre civile en France.

Figure 2 – Karl Marx Tropical

Karl Marx a Mercure conjoint à prima Hyadum, gamma Tauri, une des six étoiles de la tête du Taureau, et qui engendre pleurs et contradiction de fortune, selon Manulius, partisans du peuple, ils aiment lee trouble, les tumultes séditieux, les discours. Mercure est maître de IV et de VII : il dut souvent changer de pays à cause de ses écrits et dut comparaître en justice.

L’histoire taurique du roi Minos refusant de sacrifier le Taureau blanc envoyé par Poseidon et puni par la passion de sa femme Pasiphaé pour ce même Taureau et engendrant le Minotaure, démontrait le sacrilège et la brisure de l’unité avec le divin qui le conduisit à régner par la force. Or c’est le reproche qu’adressait Karl Marx aux propriétaires du capital, soit de monopoliser les finances à leur profit personnel sans le mettre au service de la communauté qu’ils régissaient.

Son Neptune en X, maître de Saturne en I, est conjoint à gamma d’Ophiucus, Sinistra, petite étoile sur la main gauche, laquelle donne une qualité d’immoralité, des échecs, des mœurs étranges. En effet il fut expulsé d’Allemagne, de France et de Belgique à cause de ses idées révolutionnaires. Ophiucus, c’est le Serpentaire, invulnérable aux serpents et c’est aussi Esculape, adonné à la médecine, celle du prolétariat en l’occurrence. Cette constellation se rattache au Scorpion qui conduit à la dissolution de l’état de conscience qui attache au monde illusoire, qui sépare la conscience phénoménale de la conscience nouménale de sorte que si le Scorpion est l’acteur du film de sa vie, il en est surtout l’observateur immobile. Ainsi en Angleterre, il tâcha d’élaborer un mouvement communiste international mais il ne fut pas lui-même un prolétaire; il proposait une ascèse de détachement de soi au service de la collectivité.

Pluton en I est conjoint à êta de Pégase, Matar. Or Pégase est le cheval ailé né du sang de la Méduse (Algol où il a Vénus). Bellérophon le monte et tente d’atteindre le ciel mais il chute. Pégase continue sa course et entre au ciel. Combien de gouvernants marxistes (Pluton carré Neptune/Sinistra en X) n’ont-ils pas été éjectés ou limogés de leur gouvernement pour ne citer que Trotsky, Staline ou Ceaucescu pendant que l’idéologie continuait sa course folle à travers le monde?

Enfin le Nœud nord conjoint à Hamal, bêta Arietis, souligne cruauté et crime prémédité, c’est-à-dire celle des révolutions de prolétariat.

J’ai exemplifié ici par l’interprétation de quelques étoiles selon leur provenance dans les constellations et se rattachant à telle planète ou tel angle tropical comment on peut faire descendre le sidéral dans le tropical terrestre lequel est responsable des activités humaines et de la morphologie humaine. Mon livre déjà cité en donne plusieurs autres soit 12 thèmes complets avec toutes leurs étoiles principales dessinant le destin de la personne individuelle.

Figure 3 – Karl Marx Sidéral

 

Tous droits réservés ©  Denise Chrzanowska 2021

Autres actualités

Phénomène de transmission des lunaisons

Phénomène de transmission des lunaisons

Par Carole Lalonde, astrologue professionnelle Les transmissions solaires produisent presque toujours des événements de première importance. Ce qui...

Apprivoiser Vulcain

Apprivoiser Vulcain

Par René Le Brodeur, chercheur En guise d’avant-propos Cela vaut-il la peine de parler d’une planète sur laquelle on dispose d’aussi peu...