La conjonction Jupiter-Saturne de décembre 2020 – Un joli mélange d’énergies
15 janvier 2021

Par René Le Brodeur, chercheur

Le «détricotage» constitutionnel systématique

Pour les chercheurs en astrologie, la conjonction de Jupiter-Saturne du 21 décembre 2020 représente une belle occasion de se livrer à de nouvelles spéculations ou prospectives bien légitimes en regard de l’impact qu’exercera cette conjonction sur la destinée planétaire. Or, l’interprétation de cette conjonction propose un défi de taille en raison même de sa position zodiacale et de la formidable traînée plutonienne qu’elle apporte avec elle à l’orée du signe du Verseau. Soyons direct. Cet article ne vise pas à faire quelque prévision que ce soit quant à la portée de cette grande conjonction. À peine seront esquissées des avenues possibles, tant il est vrai que les peuples disposeront toujours de leur libre-arbitre. Une chose reste certaine : la lutte entre deux modèles de développement deviendra encore plus intense, compte tenu des répercussions liées à la crise sanitaire planétaire et des défis colossaux qui attendent l’Humanité au cours des 20 prochaines années. S’il y a lieu d’être optimiste, rien n’est gagné si l’on observe les revers démocratiques découlant des effets négatifs de  la triple conjonction lourde (Jupiter, Saturne et Pluton) dans le signe du Capricorne. Plusieurs constitutions érigées noblement afin de conserver la pureté dans l’alternance du pouvoir, l’idéal démocratique et la justice sociale ont été détricotés par des leaders plus soucieux de consolider leur pouvoir sur l’État que de voir à la promotion du bien-être collectif de leur pays.

La conjonction Saturne-Pluton dans le Capricorne : un net recul démocratique

https://youtu.be/2IvoIBlcqm8

Les faits sont incontestables, le transit de Saturne dans le Capricorne et sa conjonction avec Pluton a coïncidé avec la consolidation des régimes populistes autoritaires et une dérive inexorable vers l’émergence de la recherche d’un pouvoir absolu. Nous rappellerons plus loin les avancées de la dictature à l’échelle planétaire. Bien entendu, le travail de sape des institutions démocratiques par la révision de la constitution a commencé durant le transit de Saturne et de Pluton dans le signe du Sagittaire. Quant aux leaders qui se sont employés à remodeler (à leur convenance) la constitution de leur pays afin d’outrepasser la durée de leurs mandats, il faut en imputer la cause à leur rayon de la personnalité et à certains vecteurs présents dans leur Ciel natal. Cependant, s’il existe un ordre de corrélations évidents entre la montée des comportements dictatoriaux chez certains dirigeants parmi les pays les plus puissants de la planète et les effets de la conjonction Saturne-Pluton, ramener à cette seule configuration la dérive autoritaire constituerait une bien désolante et restrictive mise en perspective.  En effet, d’autres énergies ont contribué au rabaissement de la démocratie à travers le monde. Et certaines combinaisons de courants astrochimiques – qu’elles soient systémiques ou extra-systémiques – peuvent expliquer les flux et les reflux des potentialités de l’Océan de vie. Néanmoins, nous pouvons affirmer que ladite conjonction aura servi dans la plupart des cas de catalyseur à ces tendances. On oublie souvent que le pouvoir absolu dégrade l’homme. Ce pouvoir despotique dénote un signe d’extrême étroitesse d’esprit et tous ceux qui le recherchent provoquent leur propre chute (temporelle et spirituelle). L’absolutisme s’apparente à une éternelle maladie de la peur. Pourtant, les exemples historiques rappelant les effets pervers de telles politiques abondent, mais il semble que bon nombre de dirigeants actuels balaient les leçons du passé.

Un sombre tableau

Examinons les cas les plus marquants de dérive totalitaire survenue depuis 2017.

Chine. Le 10 mars 2018, Xi Jinping fait modifier la constitution limitant les mandats présidentiels. Il pourra demeurer au pouvoir après 2023. Cette manœuvre constitue plus ou moins un retour à une conception impériale du pouvoir. Il pourrait demeurer président à vie.

Russie. Vladimir Poutine fait adopter un amendement à la constitution afin de pouvoir conserver la direction de l’État après 2024. Il sera vertement dénoncé par Alexeï Navalny, son principal opposant, qui l’accuse de vouloir être un dirigeant à vie. Le dérangeant Navalny sera empoisonné et s’en sortira de justesse après avoir été hospitalisé en Allemagne. Nul ne peut contester que le Kremlin ait cautionné cette tentative de meurtre.

Biélorussie. Réélu le 10 août 2020 après une élection contestée et mouvementée, Alexandre Loukachenko conserve le pouvoir comme autocrate. L’intimidation, la répression, la torture des protestataires et la fraude avérée le hissent à nouveau au sommet de l’état. Craignant pour son régime, il doit sceller une alliance stratégique avec Poutine.

Inde. Narendra Modi, Premier ministre, fait voter le «Citizenship Amendment Act» le 11 décembre 2019, une Loi qui facilite l’accès à la citoyenneté pour les réfugiés afghans, pakistanais et bengali, mais qui ne s’applique pas à la communauté musulmane. Et c’est ainsi que la religion devient un critère de nationalité alors que la constitution indienne est laïque.

Turquie. Recep Tayyip Erdogan élargit ses pouvoirs en prônant une réforme constitutionnelle en 2017. Selon ses opposants, il s’agit bel et bien d’une dérive autoritaire.

Hongrie. Viktor Orban n’aura eu de cesse de proposer tout au long de ses mandats toute une série d’amendements constitutionnels afin de raffermir son pouvoir autoritaire. Dans son premier rapport annuel publié le 30 septembre 2020, la Commission européenne sur l’État de droit dénonce une atteinte à l’indépendance de la justice, la remise en question de la pluralité des médias, le harcèlement des ONG et le déséquilibre du pouvoir.[1]

Pologne. Octobre 2020. La Cour constitutionnelle interdit le recours à l’avortement en cas de malformation grave du fœtus.

Birmanie. Août 2017. 740,000 musulmans Rohingyas doivent fuir leur pays après une opération de répression sanguinaire. Le régime d’Aung San Suu Kyi a été accusé de mutisme et de complaisance.

Algérie. En 2019, le Président Bouteflika convoite un cinquième mandat à la présidence. Son pays se mobilise et il se voit contraint à la démission en mars 2020 après des semaines de bras de fer avec l’opposition.

Guinée. Alpha Condé, Président de la Guinée, fait modifier la constitution afin d’avoir le droit de concourir à un troisième mandat. «Les soupçons de fraude sont lourds», relate l’Express dans un article du 5 novembre 2020. Et la répression s’exerce toujours à l’endroit des protestataires contre le changement de constitution.

Côte d’Ivoire. Automne 2020. Alassane Ouattara a été réélu pour un troisième mandat. S’en est suivie une crise post-électorale. Les leaders de l’opposition ont été arrêtés ou placés en garde à vue.

Venezuela. Un rapport publié le 16 septembre 2020 dénonce «un système organisé de violation des droits de l’Homme par le régime de Maduro. Pas moins de 5 094 opposants ont été assassinés depuis 2014.»[2]

Etats-Unis. 2020. Les frasques du Président Donald Trump sont suffisamment connues sans qu’il soit besoin de les commenter ici.  Chapitre ultime de la recherche du pouvoir, Trump est incapable d’admettre sa défaite aux élections du 3 novembre. Son entêtement à vouloir se maintenir en place met à mal les institutions démocratiques de son pays.

Or, c’est dans ce contexte que s’inscrit la nouvelle conjonction Jupiter-Saturne assortie par ailleurs d’une crise épidémique mondiale. Ce qui brouille les cartes, c’est que cette conjonction se fera au tout début du signe du Verseau et plus spécifiquement dans une zone de transition entre deux signes. La conjonction ne sera donc pas purement aquarienne; elle pourrait être qualifiée d’hybride parce qu’elle s’inscrit dans la mouvance de deux signes. Elle sera encore fortement teintée des énergies plutoniennes, lesquelles «ont imprégné» Jupiter et Saturne depuis 2019.

Mais que dire de la qualité des énergies en présence ?

Une première certitude : la conjonction se produit dans un décan saturnien, le premier décan du Verseau. Normalement, les masses seraient influencées par Vénus, régent du premier décan. Cependant, vu le développement spirituel atteint par l’Humanité (représentée ici comme un Tout), vu aussi le nombre croissant d’aspirants et de serviteurs mondiaux, la préséance quant à la maîtrise du décan revient à Saturne, cette balise incitant à la reconnaissance des valeurs supérieures par la juste discrimination du mental.[3] C’est donc dire que Saturne jouera un rôle majeur en tant que grosse caisse de résonance à l’arrière-plan du patron énergétique. Impossible de ne pas en tenir compte.

Deuxième certitude : trois planètes se disputeront la régence de la tonalité énergétique. Saturne, premier régent du Verseau pour les masses. Uranus, pour les éléments d’avant-garde de la communauté planétaire. Jupiter, pour l’élite spirituelle inspirée, celle-là même qui sera en mesure d’instaurer les changements tant espérés. Par ailleurs, la conjonction n’agit pas seule puisqu’elle est assistée par le grand triangle composé d’Uranus, Mercure et Saturne.

Le grand triangle Uranus-Mercure-Saturne : partenaire incontournable

On sait qu’Uranus est une planète particulièrement active à l’heure actuelle. Elle travaille avec le Verseau, la Balance et le Bélier de par ses régences (exotérique, ésotérique et hiérarchique). Elle propulse ainsi le triple influx d’énergie du 7e Rayon, coloré par la force des trois grandes constellations. Mais que fait le Bélier ?  Le Bélier, c’est le grand Innovateur. Sa puissance effective sur la Terre se fera sentir grâce à la puissance organisatrice d’Uranus. En d’autres termes, «ce qui sera initié au Bélier sera manifesté au Verseau, attendu que la Balance permettra d’atteindre un point d’équilibre. Donc : le Bélier devient la Source.  Le Verseau : le But. Et la Balance : le point médian entre la Source et le But. Ce point médian permettra l’évasion des forces d’opposition à tout le potentiel apporté par ces nouvelles énergies.» [4] Il est important de rappeler que ce grand triangle majeur (Uranus, Mercure et Saturne) prévaut sur les énergies de la grande conjonction. Car il les subsume en quelque sorte puisque son cycle de manifestation est beaucoup plus long que celui lié à la grande conjonction Jupiter-Saturne. Mercure, pour sa part, influera davantage au plan spirituel en ce qu’il introduira aux Mystères, aux Révélations Sacrées, dont le but ultime vise à la reconnaissance de la dualité entre l’âme et la personnalité. Et entre la conscience et la forme. Reconnaissance certes, et résolution de la dualité par la fusion des pôles en apparence opposés. Saturne, enfin, proposera l’application des tests. Tests de responsabilités, tests d’équilibre à travers la recherche d’unité planétaire. De plus, des milliers de disciples prendront des initiatives supérieures pendant le cycle de la conjonction et bien au-delà de ce cycle. La conséquence directe de cet état de fait est qu’il y aura un afflux grandissant de Lumière sur la planète, lequel rejaillira immanquablement sur l’ensemble de l’Humanité.

Les apports escomptés de la grande conjonction

Une conjonction Jupiter-Saturne instaure, selon la Tradition astrologique, une période de progrès dans le domaine d’activités en résonance avec la coloration du signe concerné. Examinons dans quelles directions pourront avoir lieu les ferments progressistes. Via Saturne, maître du décan et régent du signe, le volet karma planétaire ira en s’accroissant tout en ouvrant des perspectives d’appel à une responsabilité pan-planétaire. Les masses et les individus sont visés au premier chef. Via Uranus, lequel transite le signe du Taureau au moment de la conjonction, les facteurs économiques retiendront l’attention. La crise du Covid-19 a mis toutes les économies mondiales sous perfusion artificielle, à l’exception de la Chine devenue depuis quelques décennies le magasin général de la planète. Les appels à une plus grande justice sociale et au partage des richesses ne pourront qu’aller en s’accroissant. Et tous les gouvernements devront en tenir compte s’ils veulent survivre. Uranus inclinera de concert avec Jupiter, qui en accentue la portée des feux, vers cette direction. Via Jupiter, les réformes «bienveillantes» devraient s’inscrire dans une amélioration du sort des plus démunis socialement. Il est à souhaiter qu’elles aient lieu, sinon les tensions ne pourront que s’exacerber entre ceux qui réclament un meilleur sort et ceux qui profitent de l’état actuel de la donne économique. L’odieuse et répugnante richesse des uns ne pourra pas faire oublier l’extrême détresse des autres. Au final, l’émergence de gouvernements plus éclairés devrait préfigurer le lent recul des dictateurs et leur soif de pouvoir absolu.

Deux événements majeurs pouvant modifier le tableau

S’il y a des limites à l’appétit de pouvoir des histrions, rien ne dit qu’on parviendra rapidement au rétablissement des fondements démocratiques, car la lutte entre deux visions du monde – les tenants de l’ordre ancien et ceux qui contestent cet ordre – sera intensément féroce. Chaque Terrien sera sommé de faire un choix décisif. En conséquence, il importe de demeurer dans une saine expectative. Habituellement, les perspectives se divisent en trois catégories : «celles qui sont sombres, celles qui sont statiques et celles qui restent vigilantes.» [5] Or, s’il appert que la vision des véritables serviteurs de l’Humanité – les premiers à être placés sur la ligne de front  – s’inscrit dans une perspective vigilante, s’ensuivra «une disponibilité à accepter ce qui est nouveau à chaque instant.» [6] Cette qualité intérieure empreinte du sens d’une perspective juste se distinguera par sa croissance en action, attendu qu’elle visera l’évolution du Monde. Au final cependant, l’astrologue doit savoir que l’efficience des rayons célestes ne peut être optimale que s’ils sont accueillis par les émanations des centres (chakras) des porteurs de feux, car seule une corrélation d’émanations rendra efficace tout ce processus d’absorption des influx. C’est pourquoi, en dépit du très petit nombre d’individus (à l’échelle planétaire) qui seront aptes à répondre aux énergies de cette conjonction, il y a lieu d’en anticiper les effets bénéfiques.

Par ailleurs, deux événements majeurs pourraient survenir durant le cycle de la grande conjonction. Ces événements ont été prédits il y a quelques décennies. Le premier a trait au Crash économique mondial, lequel prendra naissance au Japon; et le second concerne le Jour de la Déclaration, moment pendant lequel Maitreya, l’Instructeur de l’Ère du Verseau, s’adressera à tous les Terriens (dans leur langue). Ces deux événements ne sont pas liés intrinsèquement à la conjonction, mais pourraient en accélérer les effets bénéfiques si une masse critique de Terriens (au moins 10 %) acceptent l’urgence des changements proposés par la Hiérarchie spirituelle et optent pour le partage international des richesses collectives. Encore ici, l’avant-gardiste progressiste de l’Humanité entrera en guerre contre le statu quo et l’égoïsme de ceux qui craindront de perdre leurs acquis, privilèges et pouvoirs. Or, de cette réponse planétaire aux propositions de Maitreya dépendra le sort de la Terre, pour ne pas dire sa survie.

Bibliographie

Association Agni Yoga (1990, Les feuilles du jardin de Morya (2), Yerres, 298 p.

Bailey, Alice A. (1976), Astrologie ésotérique, Éditions Lucis, Genève, 626 p.

Magazines

Daniez, Clément, Le Pavous, Joël, Comment Orban défie l’UE sur l’État de droit, L’Express, N° 3617, semaine du 29 octobre au 4 novembre 2020, Paris, 82 p.

Perrier, Guillaume, Said, Radwan, Vaches, or et pétrole, les petits trafics de Maduro au Moyen-Orient, L’Express, N° 3615, semaine du 15 au 21 octobre 2020, Paris, 82 p.

[1] Daniez, Clément, Le Pavous, Joël, Comment Orban défie l’UE sur l’État de droit, L’Express, N° 3617, semaine du 29 octobre au 4 novembre 2020, Paris, p. 38.

[2] Perrier, Guillaume, Said, Radwan, Vaches, or et pétrole, les petits trafics de Maduro au Moyen-Orient, L’Express, N° 3615, semaine du 15 au 21 octobre 2020, Paris, p. 44.

[3] Bailey, Alice A. (1976), Astrologie ésotérique, Éditions Lucis, Genève, p. 255.

[4] Idem, p. 485.

[5] Association Agni Yoga (1990, Les feuilles du jardin de Morya (2), Yerres, p. 234.

[6] Idem

Autres actualités

Les deux zodiaques : tropical et sidéral

Les deux zodiaques : tropical et sidéral

Par Denise Chrzanowska, astrologue conseil, professeur d'astrologie et auteure Mouvement de déclinaison Déclinaison, selon Gouchon : C’est la...