A - À propos du site d'Orian

               Le site d’Orian est une vitrine qui permet de voir et de lire tout ce qui se fait et mĂȘme ce qui s’est fait depuis une dizaine d’annĂ©es, puisque tout est archivĂ© selon l’ordre chronologique des parutions. Des gens de partout peuvent prendre connaissance de nos productions et y trouver de la substance en terme de contenu.

            Dans l’ensemble les articles font montre d’un souci de recherche sur les fondements de l’astrologie, sur son histoire, sur ses mĂ©thodes d’interprĂ©tation. On fait Ă©tat de ses possibilitĂ©s tout en signalant certaines limites. 

            On a Ă©vitĂ© de tomber dans le style devinettes ou des petites rĂ©ponses toutes faites sans justification; on a refusĂ© le genre  "chat"  comme il s’en trouve beaucoup sur l’Internet.

             Le site d’Orian a Ă©tĂ© crĂ©Ă© dans le format d’une revue Ă©lectronique qui publierait au moins l’équivalent de l’ancienne revue Astrospirale (papier) qui comportait Ă  peu prĂšs les mĂȘmes rubriques que nous avons sur le site : des articles,  des critiques de livre, des nouvelles, des annonces sur les cours et sur des activitĂ©s rĂ©gionales (dĂ©jeuner ou souper, ateliers, confĂ©rences portant sur les lunaisons, rĂ©volutions solaires et autres mĂ©thodes astrologiques), des recherches


            L’accueil de cette innovation technologique remplissait le besoin de rayonnement et donnait plus d’extension aux auteurs en terme de nombre et de longueur des articles que ne donne une revue papier, et, bien sĂ»r, une distribution aussi illimitĂ©e que l’Internet.

             Nous sommes reconnaissants envers nos auteurs et nous sommes toujours heureux d’accueillir de nouveaux auteurs (es) et de nouveaux lecteurs et lectrices.  Le directeur du site prĂ©fĂšre de la compagnie plutĂŽt que de se retrouver seul parfois pour assurer le contenu trimestriel de l’Astrospirale. Les autres rubriques, ou les autres volets comme je les appelle, pourraient accueillir davantage aussi.

            Il y a un cout Ă  tout. Mais l’Internet nous parait le plus adĂ©quat dans le contexte d’aujourd’hui oĂč l’on voit mĂȘme les journaux quotidiens adopter l’Internet.

 

Donat Gagnon

Directeur du site d’Orian