Message du solstice d'hiver 2012

Message du solstice d'hiver 2012

Je reviens à mon Répertoire après un automne bien occupé, où je suis passée de vice-présidente à présidente d'ORIAN. Je vous avouerai que c'est avec un pincement au coeur que j'ai changé de siège, tant j'aimais organiser des ateliers pour le groupe astrologique de Québec. Mes nouvelles activités m'ont amenée à délaisser un peu mon site ainsi que l'écriture d'articles sur mon sujet préféré, l'astrologie traditionnelle. C'est donc avec plaisir que j'y reviens, en cette période bien particulière et en ce jour bien particulier. En effet, ces lignes sont écrites le 21 décembre 2012.

Je viens de passer plus d'une heure à écouter la conférence audio diffusée par le Collège Kepler avec Robert Hand, Nicholas Campion et Bruce Scofield, qui traitaient tous trois d'un aspect du calendrier maya et de la fin de cycle prévue pour aujourd'hui. Pour en finir avec cette rumeur de fin du monde, qui ne provient pas, soit dit en passant, des milieux astrologiques, mais bien d'un grand public généralement peu au fait de l'astronomie et de l'astrologie, je vous transmets la conclusion à laquelle arrive Robert Hand vers la fin de l'audio, à savoir que nous sommes actuellement dans une période astrologique très significative qui augure des changements profonds (il justifie ses dires par des données astronomiques). Cependant, rien ne nous permet d'affirmer que la date du 21 décembre 2012 soit cruciale, encore moins qu'elle indique la fin du monde.

Pour ma part, je suis à préparer les prévisions annuelles pour 2013. Il est difficile actuellement de résister à une certaine morosité face aux aspects planétaires difficiles, en particulier ce carré entre Uranus et Pluton qui fait des siennes depuis 2011 et jusqu'à 2015. Le défi dans l'interprétation des prévisions annuelles consiste à trouver un fil conducteur qui permette une vue d'ensemble et un symbolisme émergent. Sans quoi la réalité mondiale et individuelle risque de n'être qu'une abstraction teintée de fatalité.

Alors voici ce que je vous propose: pourquoi ne pas utiliser comme grille d'analyse l'axe des nœuds? Sans en faire une analyse karmique, avec ses connotations de vies antérieures et de dettes karmiques, on peut considérer le nœud nord et son influence jupitérienne comme un vecteur progressiste, expansif; alors qu'on peut voir le nœud sud et son influence saturnienne comme un vecteur régressif et limitatif. Bien évidemment, le Noeud Sud constitue aussi nos acquis. La nature saturnienne du Noeud Sud peut même suggérer une maîtrise. Or, dans une optique d'évolution, il ne faut pas s'attarder à ce qui est déjà acquis. Cette année, le Noeud Sud sera en Taureau toute l'année. Le message est donc clair qu'il ne faut pas tabler sur ses acquis, sur ses possessions matérielles. Il faudra cette année accepter de se détacher, de se transformer, en allant collectivement dans le sens du Noeud Nord en Scorpion.

Or, les deux gouverneurs du Nœud Nord, Pluton et Mars, méritent qu'on s'y arrête. Pluton continuera d'exercer son action transformatrice sur le Capricorne (les structures, les frontières, le pouvoir politique, etc.), tout en étant déstabilisé périodiquement par Uranus au Bélier et son énergie explosive. Comme les autres transsaturniennes, Pluton doit être interprété dans un cadre collectif, générationnel, Pluton étant la fatalité, le destin. Même les plus optimistes, les plus volontaires, devront convenir qu'on ne maîtrise jamais totalement les forces plutoniennes, neptuniennes, uraniennes!

Il en va autrement pour Mars, deuxième maître du Nœud Nord en Scorpion. Mars symbolise notre force musculaire, nos globules rouges, notre énergie, notre pouvoir décisionnel, nos colères. En se l'appropriant pleinement, Mars est le levier qui nous permettra en 2013 d'aller vers une transformation éclairée, tel que promis par le Nœud Nord. Mais ne nous faisons pas d'illusions sur ce qui nous attend cette année: c'est un chemin ardu, fait d'efforts, de luttes, de renoncements profonds et durables, à l'image du Scorpion. Mars peut devenir ce fil d'Ariane que nous suivrons à travers son passage rapide dans les différents signes.

J'aimerais terminer avec un exemple concret d'un enjeu fondamental qui se joue déjà, au moment où ces lignes sont écrites, soit le contrôle des armes à feu versus le lobby du National Rifle Association, suite à la tragédie de Newtown aux Etats-Unis. C'est un enjeu nettement marsien, où les parties en présence opposent le concept des armes comme instrument défensif à celui des armes comme instrument offensif. D'autres prônent le contrôle et l'abolition de certains types d'armes. Ce débat peut se révéler fascinant à suivre, dans l'optique d'un Noeud Nord au Scorpion et de son maître Mars.

Voici donc un court récapitulatif des transits de Mars à travers les différents signes en 2013 et des mots-clés qui décrivent l'ambiance optimale dans laquelle la planète rouge pourrait oeuvrer. Mais gardons à l'esprit que le maître du Noeud Nord appartient au Scorpion et non au Bélier. Son énergie sera fondamentalement celle de la transformation à travers le détachement, quel que soit le signe où il transitera.

1er janvier au 2 février: Mars est au Verseau-énergie au service d'un idéal

2 février au 12 mars: Mars est aux Poissons- les efforts ont lieu sur le plan thérapeutique et humanitaire

12 mars au 20 avril: Mars est au BĂ©lier- Ă©nergie pure et directe

20 avril au 31 mai: Mars est au Taureau- Ă©nergie productive

31 mai au 13 juillet: Mars est aux GĂ©meaux- Ă©nergie mentale et verbale

13 juillet au 28 août: Mars est au Cancer- pouvoir de l'imagination et de la visualisation

28 août au 15 octobre: Mars est au Lion-énergie créatrice

15 octobre au 7 décembre: Mars est en Vierge- critique constructive, perfectionnement.

7 décembre au 31 décembre: Mars est en Balance- médiateur, gardien de paix

Ces interprétations se préciseront davantage selon les facteurs circonstanciels apportés par chaque maison. Voici la mission, la quête du héros que nous propose l'astrologie pour 2013, si nous acceptons qu'elle ne soit pas qu'une lecture fataliste de ce qui va probablement nous «tomber dessus», mais une réalité qu'il est possible à chacun et chacune de créer.