Quand "Poisson n'est pas poisson"

Cette nouvelle qui n'en est pas une ne fait qu'illustrer le goût vulgaire pour le sensationnalisme de certains sceptiques agressifs et prosélytes comme on en trouve par exemple chez les "Sceptiques du Québec".
La nouvelle illustre également pour moi l'inculture et la superficialité d'un certain journalisme fort répandu. L'article est tellement mauvais que j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour comprendre qu'on y fait tout simplement référence à une phénomène astronomique bien connu depuis l'Antiquité grecque : la précession des équinoxes découverte par Hipparque disant que le passage de la terre au point vernal (équinoxe du printemps) recule de 1 degré au 75 ans par rapport à la toile de fond sidérale (i.e. formée par les étoiles).
On sait donc depuis plus de 2000 ans que nous sommes en présence de deux zodiaques : d'un côté, le zodiaque sidéral découpé sur les constellations, de l'autre, le zodiaque tropical qui se mesure par tranches de 30 degrés à partir du point vernal et qui n'a aucun rapport avec la toile de fond sidérale. Le zodiaque tropical ne se réfère qu'à la géométrie interne du système solaire.
Dans son ouvrage monumental, le Tetrabiblos, le plus grand astronome/astrologue de l'Antiquité, Ptolémée, prend position clairement sur cette question et recommande de travailler dans le cadre du zodiaque tropical.
La majoritĂ© des astrologues occidentaux sont conscients de ce faux dĂ©bat et travaillent avec le zodiaque tropical. La majoritĂ© des astrologues orientaux font traditionnellement le choix du zodiaque sidĂ©ral. Il ne s'agit pas de positions incompatibles oĂą l'un aurait raison et l'autre (ou les deux) aurait tort. Nous travaillons dans le système mĂ©trique, les anglo-saxons travaillent dans le système anglais et ça marche dans les deux cas (ce qui ne nous empĉche pas d'avoir une prĂ©fĂ©rence).
L'argument de la précession des équinoxes comme argument anti-astrologique n'est qu'un pétard mouillé qui ne mériterait même pas de figurer dans le cours 101 pour sceptiques.
Vincent.  
PS Question connexe : En quoi un astronome est-il qualifiĂ© pour porter un jugement sur le lien entre planètes et comportement humain sachant qu'il ne maĂ®trise que la première partie de l'Ă©quation ? 

Vincent Godbout
15 janvier 2011