Un commentaire d'Irène Andrieu.