Reconnaître les signatures de Neptune en Poissons


Neptune entre en Poissons le 5 avril 2011 pour y séjourner durant quatre mois et revenir terminer sa boucle en Verseau. À quels signes reconnaitrons-nous sa présence? Pour ce faire, il faut le reconnaître hors de nous et en nous. C’est tout un programme.  

La question posée nous place devant la possibilité du ressenti ou non de cette planète. Selon l’astronomie, elle est trop loin pour être perçu à l’œil nu. Ce qui laisse penser qu’elle n’entre pas dans le cadre défini de la conscience humaine ordinaire. Toutefois son invisibilité n’est pas un obstacle à la symbolisation du moment que l’on connait cette planète et les caractéristiques de son orbite très éloignée autour du Soleil. Les planètes sont comme des individus distincts qui exercent des rôles spécifiques tout aussi distincts. Son statut de planète invisible fait d’elle, symboliquement, une représentante de l’invisible, de quelque chose qui ne se définit pas par la matérialité. Mais cette « chose » n’est pas moins réelle; elle peut même être porteuse de grands ensembles, à la condition que l’on reconnaisse que le réel ne se définit pas uniquement par les sens et les lois du monde sensible. Si le réel se ramenait à l’unidimensionnalité matérielle, toutes les qualités intérieures de l’homme, tels, son psychisme, sa pensée, sa conscience, sa volonté, son expérience intime, seraient sans valeur ou vues comme des réalités moindres qu’une pierre. Les planètes intérieures et extérieures jusqu’à Saturne, y compris les Luminaires concernent déjà des qualités intérieures; il en va ainsi du symbolisme, sinon on abuse de ce mot chargé du sens de l’analogie. Quand on passe aux planètes invisibles, on va plus loin dans la subtilité. Le tableau de la Réalité serait incomplet si on n’en tenait pas compte. Les contes et les mythologies ont la capacité, si nous sommes sensibles, de nous faire assentir au sens profond de nos racines.

Si Saturne représente la limite et le cadre d’une certaine définition de l’homme naturel, les planètes très lentes et invisibles, tel Neptune, représenteraient ce qui dépasse ce cadre ou cette frontière. Mais l’homme serait-il totalement étranger aux énergies représentées par ces planètes, Neptune en particulier ? D’un coté, on voit que ces  planètes peuvent symboliser des états supérieurs de la conscience et les misères que nous éprouvons pour les atteindre; d’un autre coté, ces mêmes planètes se prêtent bien à un usage collectif pour représenter des courants d’énergie qui se traduisent dans des conceptions religieuses et des idéologies politiques qui prétendent représenter le bien-être des masses. 

Tout commence avec le désir de communion au cœur de l’individu.  Ensuite, ce désir tout intérieur se transpose à l’extérieur dans la communauté, la collectivité. Le désir de composer avec autrui est réinterprété par d’autres en terme de rassemblement et d’unification extérieurs. Ce processus neptunien à l’œuvre est susceptible de se retrouver avec ses autres attributs. De tels changements de niveau, du spirituel au matériel ou du privé au collectif, sont souvent cause de malentendus, de sorte qu’il convient d’examiner attentivement chacun des sens ou rôles qu’on lui donne, en pensant simultanément à son signe privilégié, les Poissons, et à la Maison XII, son domaine de manifestation sur le plan concret.

Je répète qu’il importe d’être circonspect en présence d’une planète à laquelle on prête des significations extrêmes si variées, si nébuleuses parfois, significations qui sont associées pour les unes à des maladies physiques et psychiques, pour les autres à des concepts métaphysiques plus ou moins compris, tels l’infini, le sans limite, la foi et l’illusion, le rêve et l’inspiration, le sacrifice et le dévouement, la pitié et la compassion, la souffrance et ses remèdes, l’exil et la fuite, le mysticisme, le socialisme, le communisme, le collectivisme, le catholicisme. Il y a encore d’autres significations selon qu’on examine la planète sous l’angle des défauts générés par la passivité.

En voyant la légèreté avec laquelle on s’attaque aux lieux et attributs neptuniens aujourd’hui, il y a lieu de croire que les fruits de cette planète ne sont pas aimés de tous et que la méfiance est parfois de mise.

Pour illustrer la difficulté ou la complexité d’interpréter correctement les attributions symboliques de Neptune, je prendrai l’« l’illusion » qu’on lui prêtre assez souvent. Sait-on ce que veut dire ce mot dans toute sa profondeur? Quand on dit à quelqu’un : « tu te fais des illusions », c’est à prendre évidemment dans un sens très restreint. Mais si un métaphysicien dit : « le monde est illusion », on ne saisit le sens véritable de cette expression qu’en se plaçant au point de vue métaphysique de celui qui affirme. Celui qui a fait l’expérience d’un état de surexistence est capable de distinguer, sans séparer, l’absolu par rapport au relatif et de voir dans la relativité des choses des expressions symboliques de la réalité plus substantielle. Vu ainsi, le monde multiple et illusoire devient une forêt de symboles porteurs de sens et de beauté.

Mais encore, il y a le point de vue de celui qui vit au cœur de l’illusion comme douleur et vanité, comme vide. C’est une expérience incompréhensible et décevante du seuil neptunien. Cet état désagréable peut induire l’individu à rechercher l’oubli ou la fuite dans les stupéfiants, dans des rêveries qui renforcent sa passivité et son refus d’incarnation. Le risque est grand de s’égarer, surtout quand on ne trouve pas les conseillers pour nous aider à y voir clair. Naviguer sans guide dans les eaux psychiques en déroute comporte des risques recensés dans les mythologies et les contes. Des libertés proposées enchaînent davantage parfois. On perd pied, on se déracine dans l’immensité.  Les personnes parvenues à cette étape du chemin peuvent-elles faire autrement ? Chacun son destin. Cependant si l’on veut parler d’expérience libératrice, chacun doit manger son pain quotidien, c’est-à-dire faire face à sa réalité et trouver la force de l’assumer.

Par ailleurs ce qu’on serait porté à prendre pour un piège neptunien est en fait une réaction de l’individu devant l’illimité et l’inconnu, attributs des Poissons et de Neptune qui régissent les immensités océaniques extérieures et intérieures.  L’appel à fuir la banalité du quotidien a pour envers la quête de l’essentiel, accompagnée d’une foi capable de rompre les derniers obstacles qui empêchent d’accéder au trésor secret. Les Poissons, même s’ils en souffrent, sont capables de naviguer en eau trouble, plus que tout autre. Aux conformismes trop terre à terre, ils préfèrent s’aventurer en plongée et en remontée, comme les deux mouvements verticaux des poissons du Signe. La pression des profondeurs les fait remonter à la lumière du « jour ». Leur empathie et leur sens de la compassion les amènent à souffrir et à se consacrer par esprit de service. Les Neptuniens comme les Poissons apprennent avec le temps que derrière les malaises, le mal-être de nos prisons diverses, se trouvent des nostalgies bénéfiques et des ressources de guérison tel que le suggère la Maison XII (les hôpitaux, les cliniques, les laboratoires, les cellules de moine, les découvertes métaphysiques, la victoire sur les ennemis.)

 

Mon expérience de Neptune

Personnellement j’ai suivi les leçons de Neptune. À ma naissance Neptune s’est conjoint au Milieu de Ciel de ma carte natale en plus d’être l’astre qui a précédé le Soleil à son lever, d’où son importance. Quand on a un tel Neptune, on l’a aussi dans le front pour penser et parler en public. On ne peut le cacher ni l’ignorer. Il vaut mieux tenir compte des pièges possibles; en être conscient permet d’éviter bien des déboires. Le programme de Neptune diffère de celui de Saturne. Autant ce dernier construit en structurant, autant Neptune agrandit, approfondit en faisant sauter les limites non à la manière révolutionnaire d’Uranus mais en faisant toujours une place à l’indéfinissable, à l’indéterminé et l’infini, somme toute à l’inspiration. Cela pose certains inconvénients comme la dévalorisation de l’acquis, la perte des points d’appuis, les travaux inachevés en cours d’exécution. Voilà les pièges qui m’attendaient et que je devais surmonter. Mais je pouvais le faire parce que ma carte comportait de solides structures favorisant l’action et la persévérance dans le travail et la recherche. Aussi, j’ai toujours su compenser la charge du travail intellectuel par les travaux physiques en vue de maintenir un équilibre général. J’avais le sentiment de prendre des vacances en passant d’une activité à l’autre.

Durant mes études secondaires, collégiales et universitaires, j’ai vivement ressenti Neptune transiter mon signe solaire. Puis, dès mes  débuts d’enseignement au Cégep, en philosophie, ce furent Uranus suivi de Pluton qui vinrent frapper à la porte de Neptune et du Milieu de Ciel. Ma vie prenait une allure exaltante et inspirée sans compter le bonheur de transmettre. Avec le recul, je me dis que ma passion de la lecture et de la philosophie m’a sauvé en permettant à ce Neptune de s’épanouir dans sa nature idéaliste et parfois mystique, symbolique et astrologique. Dès l’automne 1970, on m’avait confié la charge d’un atelier d’astrologie à raison d’une soirée par semaine durant 20 semaines. Je l’ai fait pendant quatre ans avec beaucoup de plaisir et de reconnaissance. Ensuite, j’ai eu la charge des cours de philosophie orientale durant plusieurs années; quelle belle opportunité pour l’épanouissement de Neptune en tant qu’ouverture et dépassement ! J’ai dispensé aussi le cours de philosophie de l’art. Mais ce n’est pas tout. Un comité du département de philosophie cherchait des voies d’innovation pour répondre à certaines préoccupations de la clientèle étudiante. Un cours de Philosophie et Sciences occultes a été proposé et j’ai été désigné pour le donner. Le comble c’est que j’avais voté contre à cause du titre qui me gênait. J’ai tout de même accepté de construire ce cours et de le donner durant une quinzaine de sessions, plusieurs fois à pleine charge d’enseignement. J’étais déjà sensibilisé aux thèmes que j’avais à présenter; mais le fait de dispenser le cours me donnait l’occasion de poursuivre des recherches qui me plaisaient et d’en discuter avec objectivité et sens critique. Évidemment, on peut remarquer la signature de Neptune conjoint MC, Pluton en VIII maitre du signe solaire, et Uranus conjoint au Descendant. On viendra dire que les planètes très lentes ne concernent pas l’individu !

Revenons sur l’un des caractères de Neptune, le besoin de communion dans la communauté. Neptune joue un rôle essentiel dans l’esprit communautaire. Le Bouddhisme comme le Christianisme sont associables au modèle neptunien, autant par leur ouverture à une transcendance que par leur façon de voir le monde comme « réalité illusoire » ou monde transitoire.  L’un comme l’autre voient la nécessité des regroupements communautaires et des visions globales unifiés.  Le socialisme, le communisme et le collectivisme cultivent aussi l’esprit communautaire mais ils pensent le réaliser sans faire appel à quelque principe transcendant et en minimisant l’importance de l’esprit et de la liberté humaine.

Je vais vous avouer que je n’ai pas cru bon de succomber aux religions socialisées et sans Dieu du XXe siècle, pour la raison que j’ai trouvé de nombreuses failles dans ces idéologies et chez leurs idéologues qui se présentent comme des agneaux mais qui deviennent rapidement des loups quand ils disposent des pleins pouvoirs. J’ai remarqué que le socialisme dans sa forme fasciste, le nazisme, le communisme et le maoïsme sont des idéologies qui ont suivi l’école du marxisme. Ouvertement le marxisme plaide pour les révolutions violentes, le renversement « tabula rasa » de l’ancien monde par une violence sans merci, l’abolition de la religion, les individus totalement voués au service de la collectivité et la réduction maximale du libre arbitre individuel. En d’autres mots, on abolit la religion mais comme on est incapable de venir à bout du besoin de croire, les individus doivent rendre un culte d’adoration à l’État totalitaire, sinon au chef de l’État transformé en divinité. Ces différents modèles politiques en « isme » renversent la signification traditionnelle des symboles. Cela n’est pas sans conséquences et les guerres mondiales du XXe siècle sont là pour témoigner de leur effets négatifs ou pervers.

Critiquer ces mouvements ne signifie pas le rejet de toute communauté. Je suis en faveur des modèles de société qui maintiennent un sain équilibre entre le social et le privé, en permettant entre autre d’aider à la réalisation des personnes plutôt que de nuire à leur développement. Sans doute, ma méfiance s’explique par le carré que fait Saturne à Neptune dans ma carte natale. Mais ma critique se justifie par des motifs spirituels qui sont signalés dans la même carte par un novile de Mars à Neptune, et peut-être aussi par le novile reliant Jupiter à Pluton. Ces trois aspects m’ont protégé, je crois, du grand danger d’illusion que représentait Neptune au MC, si j’avais consenti à m’engager dans la voie facile des idéologies politiques à la mode des années 1967 à 1990.

Voyons maintenant comment les idéologies nommées se distinguent les unes des autres par leur signature planétaire. La conjonction Saturne-Uranus signe le modèle américain, tandis que l’économie capitaliste peut être identifiée à la conjonction Jupiter-Uranus, qui se fait en Bélier en 2011. La conjonction Saturne-Neptune signait le communisme soviétique, et on peut croire qu’il signe encore la Russie d’aujourd’hui; la rigueur et le collectivisme. La conjonction Saturne-Pluton le communisme chinois; la tentation du radicalisme. La conjonction Uranus-Pluton concerne le nazisme, le fascisme, les gouvernements dictatoriaux; des ingrédients explosifs. Ces régimes passent et parfois reviennent. Il faut espérer que les gouvernants sauront retenir les leçons de l’histoire et éviter de retomber dans les pièges anciens et nouveaux. Il resterait à voir comment ces planètes attribuées à ces pays en transformations vont se réaligner dans le contexte de la mondialisation…

L’entrée de Neptune en Poissons va contribuer au rappel de sentiments et idéaux humanitaires. Des actions dévouées et alignées sur la nouvelle conscience planétaire pourraient contribuer à transformer des façons de faire dans l’usage des ressources matérielles et des possibilités humaines. Si on relie son entrée avec la Grande Conjonction Neptune-Pluton du début des années 1890 dans le premier décan des Gémeaux, on constate que Neptune est entré dans son quatrième quadrant du cycle. Cela suggère un retour réflexif sur les domaines politique, religieux, tecno-scientifique et des communications des 120 dernières années. Nous sommes à l’heure des bilans. Les nouvelles nous renvoient pratiquement à chaque jour, des faits qui prêtent à réfléchir à nos façons de faire dans ces domaines. Se pourrait-il que Neptune ait un effet bénéfique des plus inattendu durant son passage dans les Poissons? Rappelons-nous que Neptune entre dans son signe privilégié qui favorise l’inspiration. On va en avoir besoin, n’est-ce pas, pour résoudre les défis de différentes natures auxquels les générations actuelles et futures seront confrontées ? Il est normal que chaque individu, chaque groupe, chaque État gèrent au mieux les problèmes qu’ils rencontrent. Mais la globalité est devenu un fait de conscience et de pratique concrète qu’on ne peut plus ignorer. Elle doit être pensée à tous les niveaux : matériel (la planète et ses ressources limitées), humanitaire (toujours tenir compte de la dimension humaine dans nos actions), scientifique et technologique (faire des choix inspirés de la sagesse pérenne : « science sans conscience n’est que perte de l’âme, disait François Rabelais »), pacifique (réviser les facteurs qui favorisent la paix et la cultive; pour se tirer d’affaire dans un contexte de militarisation, il faut valoriser des attitudes, des orientations de l’esprit apaisantes et susceptibles de produire des actions justes), économique (la course au confort produit l’endettement, la course au pouvoir par l’argent produit l’esclavage, la recherche des plus bas prix entretient l’état de misère chez des classes de travailleurs), médiatique (les médias sont les signes les plus évidents du cycle de la Grande Conjonction Neptune-Pluton; le cinéma et l’Internet sont des outils relevant de Neptune : l’innovation, la simultanéité, l’image, le cinéma, la photographie dans toutes ses dimensions et applications technologiques. Les plus grandes découvertes sont étroitement reliées aux progrès de la photographie. Les appareils capteurs d’image, de lectures, tels les senseurs électroniques etc. sont pour moi les plus importantes inventions depuis la Grande Conjonction, parce que les autres en dépendent, du microscopique au macroscopique). Les humains de valeur peuvent intervenir et jouer un rôle tellement important dans cet univers médiatique, comme terrain d’ensemencement.

Uranus s’est deux fois rechargé en énergie neptunienne, d’abord lors de la conjonction Uranus-Neptune du 24 octobre 1993 à 18°32’ dans le signe saturnien du Capricorne, ensuite dans son passage dans le signe neptunien des Poissons. Est-ce que le bain dans les eaux neptunienne donnera un Uranus « s’en va en guerre » dans le signe du Bélier ? Ou un Uranus humanisé et sensible à la communauté internationale tout autant qu’à l’éveil de l’identité essentielle des individus ? Pour réaliser ces beaux souhaits, il faudra qu’un certain apaisement s’installe au sein des pouvoirs politiques. Comment y parvenir avec le carré Uranus-Pluton, qui nous renvoie d’ailleurs au contexte de la conjonction de ces deux planètes dans la deuxième partie des années soixante? Y aura-t-il suffisamment de sagesse des côtés gouvernants et gouvernés pour trouver le juste équilibre?

Ai-je besoin de dire que Neptune a des résonnances avec la spiritualité? Certainement que Neptune incline vers le spirituel. Il n’est pas réductible au socialisme et au communisme, lesquels en seraient plutôt des déviations; comme le règne politique des Ayatolas est une déviation du Shiisme mystique. Malheureusement c’est la confusion des plans qui engage le politique et le religieux en compétition mutuelle dont les résultats sont décevants tant pour le politique que pour le religieux: par exemple, la théocratie politique ou le communisme athée négateur de la religion.

En conclusion

J’ai voulu démontrer qu’il était possible d’être sensible aux influx de Neptune. Mes conditions natales, les opportunités offertes et mon cheminement personnel et avec autrui m’ont permis d’arriver à ce constat général. Mon implication militante en faveur du désarmement nucléaire, mon implication municipale pour la récupération des matières résiduelles étaient des signes de sensibilité d’un Neptune dominant. Dans le thème de chaque personne, il y a un Neptune qui veut émerger des eaux intérieures. Il se trouve probablement dans les états vécus en « creux », en « vide », en « déception », mais aussi en enthousiasme, en rêve compensatoire et parfois prophétique, en inspiration et en espérance, en foi signe d’un objectif à poursuivre même si tous les contours ne sont pas précisés. Mais il ne s’agit pas que de rêver. Il faut rencontrer les exigences du quotidien. Je suis tout à fait de l’avis d’André Malraulx qui disait dans son roman l’Espoir (il me semble) : « Le rêveur diurne réalise ses rêves. »

Donat Gagnon

15 décembre 2010


Commentaires :
1.   Bonne interprétation globale de Neptune..As-tu expérimenté son passage sur tes planètes? Et au XIXe siècle, Neptune en Poissons fut le moment d'une nouvelle vision politique..
Thérèse T. de V.

2.   Chère Thérèse, la réponse à ta question est dans le texte quand je parle des cinq planètes qui ont transité mon Neptune à certains moments de ma vie; et quand Neptune, dans sa lente progression, a transité Soleil, Mars, Mercure et Vénus. Évidemment je ne donne pas tous les détails possibles, puisque l'attention est concentrée sur Neptune. En raison de cette planète conjointe au MC et de son maitre à l'ASC, toute idée et mouvement (III-IX) collectif (Neptune) ont été ressentis personnellement avec beaucoup d'intensité. Je crois que cela explique la prudence que j'ai développée dans la considération des faits sociaux et collectifs. En cela, par exemple, je suis plus près de Dostoïevski (11 novembre 1821) que de Marx (5 mai 1818) qui sont tous deux nés dans la période de la conjonction Uranus-Neptune. Chez Marx la conjonction est à près de 7° d'orbe, tandis qu'elle est à 54' d'orbe chez Dostoïevski; de plus cette conjonction étroite encadre Vénus à 1° 2' du Capricorne. Les planètes font les hommes, mais les hommes font l'histoire (Le germe de la naissance et son expression dans le temps).
Donat Gagnon.