L'exploit de Robert Piché au regard de l'astrologie

L’exploit de Robert Piché au regard de l’astrologie

 

Il existe des individus fortement marqués par les signes du destin, jusqu’à laisser penser que la vie se charge de les amener tôt ou tard à représenter ce qu’ils portent. Dans tous les secteurs de l’activité humaine, on peut en trouver.

Le cas du commandant de bord Robert Piché est particulièrement intéressant et représentatif quand on l’examine à la lumière de l’astrologie. Les récentes entrevues que ce dernier a accordées aux médias à l’occasion du lancement du film consacré à sa biographie, ainsi que le film lui-même, livrent au grand public des repères éclairants sur sa vie; le public se souvient en particulier de son exploit d’atterrir un avion d’Air Transat, un Airbus A330-243 après un vol plané sans moteurs durant 18 minutes au-dessus de l’Atlantique.

Le film « Piché : entre ciel et terre Â», lancé le 7 juillet 2010, nous révèle tout un parcours que l’aviateur reconnait véridique à 80%, ne laissant qu’un faible 20% pour la fiction.  Grâce au visionnement de ce film, au biographe Pierre Cayouette (2002) qui l’a inspiré et aux entrevues récentes des médias, l’astrologue dispose de bons éléments d’information permettant d’établir des correspondances entre la vie de Robert Piché et la carte du ciel de sa naissance. Le personnage plus largement connu du public facilite donc ma tâche d’astrologue; et même, je me sens autorisé d’élargir le champ d’interprétation de la carte du ciel.

Toutefois, mon but n’est pas de prouver la valeur de l’astrologie en me basant sur des faits rapportés. Les principes de l’astrologie bien appliqués donnent déjà des résultats surprenants simplement en se basant sur les coordonnées de naissance : heure, date et lieu de naissance. Les diverses méthodes de progression du thème natal permettent d’aller plus loin pour se faire une idée du développement de la destinée, mais, bien sûr, cela ne suffit pas car il y a toujours de l’inconnu dans la carte du ciel : ce que l’individu fera de son potentiel dépend aussi de son libre arbitre. Une manière dévergondée de vivre peut faire que l‘individu gâte de belles occasions de réussite; tandis que des choix de vie inspirés et soutenus par une sage discipline peuvent permettre à l’individu de réaliser ses potentialités, ce qui lui donne aussi la capacité effective de véhiculer les messages de la vérité qu’il porte en lui. Cela est affaire d’héroïsme et de beauté. L’exploit du Héros produit l’effet d’une Å“uvre d’art, une Å“uvre de beauté par sa force de suggestion d’une émotion qui rappelle à la vérité. Nous en reparlerons.

Je n’ai jamais rencontré Robert Piché; cependant, la connaissance de sa carte du ciel natal me le rend familier. Sans connaitre les évènements de la vie d’un individu, l’astrologue peut déjà donner « Ã  l’aveugle Â», une bonne idée des forces, des tendances et des périodes de crise d’un individu.

Cet exercice, je l’ai fait dans un petit article en 2003, qui a été publié dans l’Astrospirale (Vol. 18  No1), alors que je répondais à un concours invitant les astrologues à faire l’analyse du thème de Robert Piché quelques mois après son exploit. En m’appuyant sur les coordonnées de sa naissance fournies par le directeur de la revue, j’avais donné une interprétation de sa carte natale où je faisais ressortir quelques traits typiques de sa personnalité; ensuite j’avais fait la démonstration que la signature astrale de Robert Piché présentait des liens très étroits avec les grands moments de la naissance de l’aéronautique à l’aurore du XXe siècle. Par conséquent, on peut regarder le présent article comme une édition revue et augmentée de l’article publié en 2003 et intitulé : « Qu’est-ce qui a fait de Robert Piché le 24 aout 2001, le héros de l’aviation maintenant couronné? Â»   

Cette symbolique du héros m’apparaissait tout naturellement justifiée dans ce cas précis d’une personne qui assume les conditions astrologiques qui lui appartiennent, passant d’un parfait inconnu à un héros acclamé par la collectivité.  En 2002, Pierre Cayouette a publié une biographie :   Robert Piché aux commandes du destin (Libre expression 2002), celle-ci a inspiré les réalisateurs du film présentement à l’affiche. Justement, ce film « Piché : entre ciel et terre Â» fait de son héros un porteur de messages saisissants sur les dangers de la drogue et de l’alcoolisme. Notre héros aurait connu une double descente aux enfers : d’abord lors de son incarcération en Géorgie, ensuite dans l’année qui suivit l’atterrissage d’urgence alors qu’il noyait son angoisse ou son spleen dans l’alcool. Évidemment ce dernier point n’était pas connu du public en 2001, sinon de sa famille qui participait à la tragédie de l’âme tel que l’illustre le film. Tout cela devrait s’expliquer par la carte du ciel.
On peut obtenir une carte plus grande en la téléchargeant en fin de l'article, et ainsi pour les six autres cartes.

Robert Piché a dit que « déjà enfant, il rêvait d’aviation Â», mais pourquoi?

Première étape : relever les indices de communication. D’abord, les Signes de déplacement sont-ils habités par des planètes ? Et les Maisons qui leur sont analogues, le sont-elles ? Cette question concerne les Gémeaux et le Sagittaire, ensuite les maisons III et IX. Aux Gémeaux, il y a la Lune à 25°40’ sur la cuspide de la maison IX. Déjà deux indices réunis dans le secteur des voyages lointains, du mental supérieur et de la vocation. La Lune signe l’enfance du sujet, l’appel et les conceptions concernent la Maison IX.  Déjà enfant, ne rêvait-il pas d’aviation ? De plus, cette Lune est maitre d’Uranus à 18°28’ Cancer également en maison IX. Et encore un indice, plus faible celui-là mais il a son importance dans la mesure où la Lune, qui est le deuxième gouverneur du Taureau par exaltation, exerce une certaine maitrise sur Jupiter. On dirait un circuit de pensée et d’intention qui se poursuit jusqu’au Sagittaire que Jupiter gouverne ainsi que ses occupants, Vénus et Mercure.  Même en exil, ce Mercure est à l’aise dans le Sagittaire, signe d’élévation morale en résonnance avec la Lune en Maison IX.  La boucle est complète pour enrichir ce Mercure si nécessaire à quelqu’un qui veut Å“uvrer dans le domaine des communications complexes. 

Quant à Vénus en Sagittaire, elle dispose de Jupiter en Taureau. Ces deux planètes, en réception mutuelle, exercent leur action combinée dans le long terme et surtout dans les contrats d’affaires (Taureau-Maison VII et Sagittaire-Maison II). Le porteur de la carte a dû exercer des emplois très secondaires, tout  en conservant l’espoir de contrats plus avantageux dans l’aviation. De plus, cette Vénus en Sagittaire est une gouvernante de l’Ascendant Balance qui se met au service de l’aviation civile. 

Mars participe à la définition de la personnalité de base. Cette planète est à l’aise dans le Capricorne son lieu d’exaltation. Il n’y a pas de doute qu’il donne au porteur de la carte du ciel, des outils pour créer du mouvement dans l’entourage. Il faut que ça bouge. Le soutien par aspects de Jupiter, de Vénus, du Soleil Scorpion, du nÅ“ud Nord et même de Saturne-Uranus qui font partie d’un carré en T, sont des indices certains d’un homme d’action et de décisions, au tempérament expéditif parfois.  Par ailleurs en tant que gouverneur du Bélier, ce Mars est à la fois maitre des maisons VI et VII qui touchent le travail, les contrats et la gestion de la santé personnelle. On peut donc dire qu’il est un travailleur acharné et intéressé par le résultat, d’autant plus s’il peut compter sur le soutien de l’entourage (Mars en Maison III).  En tant que second maitre du Scorpion et maitre du deuxième signe de la Maison I, Mars est en quelque sorte le messager du Soleil en Scorpion, son porte étendard dans le secteur III des déplacements. Mars a-t-il subi trop de restrictions ou de contrôles de la part de Saturne exalté en Balance, signe d’équilibre, d’association et de justice ? Je ne crois pas, d’autant plus que Mars est à son aise sur le terrain saturnien du Capricorne.

Pour compléter l’interprétation des planètes plus personnelles, Mercure, Vénus, Mars et Lune, je dirai qu’elles sont étroitement reliées et alignées sur l’objectif de la communication, qui a pris la forme du voyage aérien d’abord et qui se complète aujourd’hui dans la communication verbale de l’enseignant au service d’une mission préventive, grâce à l’intégration plus intériorisée de Mars, Saturne et d’Uranus. Le carré en T de ces trois planètes de rigueur a dû forcer notre homme à s’imposer une discipline en vue d’amener le rêve et l’idéal (Neptune est aussi de la partie) à composer avec les réalités concrètes et difficiles. Il y avait tellement d’espoir dans cette carte avec un Uranus maitre de IV; situé dans le Cancer en IX, Uranus signe la promesse de l’élévation intellectuelle et morale; et le Lion en X, la réussite possible dans un rôle d’enseignant. C’est ce que le commandant Piché accomplit dans ses conférences publiques et sa fondation pour venir en aide aux gens souffrant de dépendance.

Si l’on fait jouer les chaines planétaires et les maitrises des planètes sur les signes, on se rend compte que les signes et maisons de communication se renforcent les uns les autres en vue d’un seul objectif : se dépasser dans l’envol par les moyens technologiques qui le permettent et par les moyens plus subtils qui font prendre conscience de ce qui dépasse l’ordre matériel.

À partir de cette analyse, nous comprenons mieux la personnalité de Robert Piché et les tendances astrales qui ont pu l’incliner à choisir la carrière aéronautique. En examinant les progressions de la Lune sur la série de planètes qui la devançaient, j’ai mieux compris encore la raison de son gout pour l’aéronautique à très bas âge. Uranus est la première planète que la Lune a transitée alors qu’il n’avait pas deux ans, le MC a suivi en 1955, Pluton en 1957. Ces deux planètes, les plus élevées, encadrent le milieu de ciel : Uranus, planète attribuée au Verseau mais aussi au Scorpion par exaltation, en secteur des grands voyages et Pluton en Xe secteur (ou maison) conjointe au NÅ“ud Sud et maitre du signe du Scorpion en maison I. C’est dire l’importance de ces deux planètes lentes transpersonnelles qui marquent l’enfant très tôt dans la vie. On pourrait croire qu’elles agissent comme deux antennes qui attirent vers la hauteur. D’abord Uranus maitre de Verseau en maison IV, qui prend la position la plus élevée de cette carte du ciel ou la plus rapprochée du méridien; ensuite Pluton en Xe qui laisse espérer un grand destin pour une personne née sous le signe du Scorpion, avec ceci de particulier qu’il est conjoint au Noeud Sud de la Lune. Cette conjonction Pluton NÅ“ud Sud semble indiquer un attachement avec le passé et la collectivité. C’est comme des énergies du passé qui lui collent à la peau et avec lesquelles il doit composer. Son Soleil, maitre de Pluton et du NÅ“ud Sud, lui apporte la lucidité nécessaire pour saisir sa mission, et le carré en T aux NÅ“uds engendre un destin de dépassement. Les Tibétains diraient que cet individu a épousé, à la naissance, un courant d’énergie dans lequel sa vie va se dérouler. Il sera confronté aux défis que représentent les planètes lentes.

En 1962, vers neuf ans et demi, à l’âge où les NÅ“uds de la Lune s’inversent, la Lune transite par progression : Saturne 20°58’, Neptune 22°14’, et l’Ascendant à 24°47’ de la Balance. Il est permis de penser que cet enfant, sortant à peine de l’âge lunaire, a déjà pris un coup de vieux avec le passage de la Lune progressée sur les planètes les plus sérieuses et exigeantes dont on se sert en astrologie. Saturne à 20°58’ Balance, sur son degré d’exaltation, invite pour le moins au sens des responsabilités et de la discipline; il en faut pour tenir en laisse un Neptune qui applique à l’Ascendant et qui incline vers des approches parfois brouillonnes et souvent idéalistes. En même temps, ce Neptune multiforme pose des exigences trop élevées pour autrui. Saturne joue ici le personnage costumé et « blindé Â» qui cherche à contenir et masquer la grande sensibilité de Neptune, son esprit d’ouverture et son dépassement des points d’appui ordinaires. Mais Neptune ne s’en laisse pas imposer. À la moindre occasion, il refait surface pour faire prendre conscience des encroutements et des limites. En cas de coup dur, il cherche et trouve plus ou moins un exutoire pour soigner sa sensibilité trop vive ou sa fragilité. Poussé au mur comme Piché l’a été à de multiples reprises lors de son séjour dans une prison en Géorgie, il a dû faire appel aux meilleurs ressorts de son être pour survivre; on peut le penser aussi pour quelques atterrissages périlleux qu’il avait faits avec des avions de plus petite taille. Cela se joue entre illusion et foi. Neptune déçoit ou apporte un secours providentiel. Neptune représente le besoin de croire, les bras tendus vers l’infini. La confiance en soi et la foi comme résultat d’un travail spirituel et d’une grâce, c’est ce qu’on peut espérer de mieux de l’énergie de cette planète qui s’acharne à dissoudre toutes limitations. Dans cette voie tendancielle, on rencontre le spleen dont ont parlé les romantiques, on fait face au vide et à la nuit des mystiques qui patientent dans l’attente de l’évènement qui les fera gouter à la surexistence. D’autres, moins avisés, penseront qu’une drogue quelconque leur apportera le paradis annoncé. L’usage de ces substances ne donne que des paradis trompeurs qui font perdre la confiance initiale et entraine dans la déchéance. S’imaginer qu’on est parvenu au but après quelques vessies gobées au passage, est la pire illusion qui risque d’interrompre le cheminement d’un individu.

En raison de la garde saturnienne qui veille sur Neptune en Balance, je crois que le commandant Piché n’a jamais perdu de vue le sens des responsabilités et qu’il était candidat à se reprendre et redresser la barre de son propre navire. Toutefois, le film illustre tout de même et de façon remarquable, l’état de fragilité inquiétant par lequel est passé notre héros. On a vu aussi que les paroles appropriées à la situation et prononcées par un thérapeute compétent peuvent, grâce à l’effet miroir que crée l’intervenant, aider à s’orienter et à reprendre confiance dans une passe douloureuse. « Il te reste à faire pour toi-même l’équivalent de ce que tu as fait pour atterrir ton avion Â», parole décisive prononcée par le thérapeute et qui aida Piché à prendre en charge sa nouvelle mission de lutte contre les dépendances aux drogues. Un nouveau choix de vie s’offrait et lui convenait parfaitement. Mais le moment de crise ou de changement de cap dans sa psyché devait être extrêmement tragique puisque le moi « Ã©goïque Â», représenté par l’Ascendant Balance du thème natal, devait jeter bas les masques et perdre ses écailles.  À partir de ce moment-là, notre héros pouvait s’engager dans la voie solaire propre à son signe zodiacal Scorpion, qui devient Aigle, et sacrifier honorablement son égo illusoire en le mettant au service d’une grande cause. Ce sacrifice n’a rien de tragique quand on comprend qu’il consiste en un changement identitaire profitable à autrui autant qu’à soi-même.  Somme toute, ce nouvel engagement pourrait favoriser un plus grand accomplissement de l’être. Le nouvel Ascendant Scorpion sur le degré du Soleil de Robert Piché transforme ses, Saturne, Neptune et  « Ascendant égoïque Â» Balance, en outils  d’intervention dans le genre Maison XII, pour aider à soulager les miséreux, les malades et les prisonniers selon les significations traditionnelles de cette maison.

Bien sûr, cette mission se poursuit en parallèle avec sa carrière d’aviateur. Avec le signe du Lion en Maison X, cet individu était appelé à briller de diverses façons, dans l’aviation, mais aussi dans l’étude de questions graves et fondamentales tel que le suggère Pluton, en réception mutuelle avec le Soleil.  

Le plus intéressant est à venir. Car l’étude de cette carte du ciel m’a ramené à l’origine de l’aviation. Pluton conjoint au NÅ“ud Sud m’a mis sur la piste. Mais où se retrouver dans le passé ? Dans les recherches et développements de l’aviation évidemment. J’ai exploré cette voie en m’appuyant sur des faits marquant de l’aurore du XXe siècle. Je m’intéressais autant aux progrès de l’aviation qu’à la recherche de sa date de lancement. Je supposais que des assemblages de faits devraient m’amener à identifier une date significative leur correspondant. Je prenais pour acquis que la date et les faits aéronautiques devraient mutuellement se confirmer.  L’axe Gémeaux-Sagittaire me paraissait particulièrement désigné et mettait en valeur Mercure et Jupiter. Pour cette raison, la considération des Ingrès de Jupiter dans les signes allait de soi pour rythmer, sur une base annuelle, les progrès de l’aéronautique. Mais comme il faut se limiter et rester dans l’axe du présent article, on m’excusera de remettre à plus tard la publication des recherches en question.

D’après notre démonstration antérieure, Uranus faisait de Robert Piché un aviateur potentiel et, dirai-je plus, prédestiné ? Cette planète est présente dans la nouveauté en général et dans les inventions technologiques en particulier.  Quand on se rappelle les exploits des premiers hommes qui tentaient d’acquérir la maitrise du ciel à l’aurore du XXe siècle, on y voit d’ingénieux techniciens et ceux qu’on a appelés « les casse-cous Â» qui se jetaient parfois en bas d’une falaise pour tester leurs voiles construites selon des hypothèses assez hasardeuses. Leurs machines bricolées qu’ils tentaient de faire voler les exposaient souvent à des accidents. Par contre, la compétition entre les inventeurs et leur fierté personnelle, aux yeux de leur nation respective, ont accéléré la conquête de l’aileron porteur.  Mais tout bon astrologue va se demander : quelles sont les conditions astrologiques qui ont pu favoriser cette lancée pour la maitrise de l’espace aérien ? Tout de suite, on pense à Mars pour la technique et pour ce genre de sport extrême qui demande du muscle et de l’audace; ensuite Uranus pour l’innovation dans une ambition aussi prométhéenne. Ces gens-là rêvaient de dépasser les limites du connu. Peut-être que, la nuit, le dieu mythique Uranus leur soufflait à l’oreille : monter plus haut ! Quant à Jupiter, le maitre rassembleur, on l’imagine invitant tout le monde à aller plus loin !  La flèche oblique du Sagittaire ne combine-t-elle pas les mouvements horizontal et vertical ?  Qu’en est-il de Robert Piché ?

Dans sa carte natale, nous voyons un Mars maitre de son signe solaire; il est exalté en Capricorne et campé sur un degré assez martien; il est fortement aspecté par Jupiter en trigone, par les  NÅ“uds lunaires, par Vénus, le Soleil, Saturne-Neptune conjoints, et surtout par l’opposition d’Uranus en Cancer. Le voilà l’aspect des casse-cous, celui qui fait les adeptes des sports extrêmes. Il y aurait une recherche à poursuivre sur cette lancée en revisitant les géniaux aventuriers de cette période d’inventions remarquables à l’aube du XXe siècle. Mais ici, nous devons nous limiter au cas Piché.  

 

Comment confirmer que l’aviation était le chemin tracé pour notre Héros ?

La réponse est au commencement de l’aviation et dans son développement, avons-nous dit ? Mais on ne peut pas tout construire sur des faits. Ceux-là sont intéressants pour illustrer la manifestation d’un principe, mais au préalable il faut connaitre le principe. En astrologie, le principe est représenté par la carte du ciel montée pour une date; les faits sont vus habituellement comme la manifestation de certaines potentialités de cette carte. On travaille avec des comparaisons de cartes et on tient compte des cycles planétaires. Les cycles sont de durées variables, qui permettent de distinguer les faits quotidien, mensuel, annuel et à plus long terme. À force de durer, l’aviation nous laisse croire qu’elle fait partie d’un cycle de longue durée. Par conséquent, pour cerner le courant aéronautique, il nous faut d’abord trouver la conjonction des planètes qui sont au départ d’un grand cycle. Avec la carte du ciel d’une telle conjonction, on pourra ensuite faire des comparaisons de cartes avec des faits avioniques et avec des aviateurs, tel que Robert Piché. Quelques dates pour situer le moment de la conjonction Neptune-Pluton. Le 1er juin 1890, Neptune applique sur Pluton à 2° d’orbe; à même date l’année suivante, Neptune applique sur Pluton à 0°47’ d’orbe.   Au 1er juin 1892, Neptune a dépassé Pluton de 0°26’ en longitude. C’est au cours des années suivantes que les recherches portant sur des véhicules aériens ont commencé à porter fruit.  L’année 1898 est celle où l’on a acquis la certitude que la maitrise de l’espace aérien était possible avec des véhicules plus lourds que l’air.  À cette date, il n’y avait pas encore d’avions, mais il y avait déjà de nombreux hommes volants qui savaient maitriser la voile et faire du vol plané. Inutile de nommer les noms, on peut connaitre leur histoire dans les nombreux récits littéraires et vidéographiques qu’on peut consulter.  Quant aux ballons, on en avait fait l’expérience depuis le XVIe siècle. À la fin du XIXe siècle, l’ère des ballons dirigeables avait commencé.

On peut déjà faire certains liens d’ordre aéronautique avec le commandant Piché.  J’écrivais en 2003 : « Quand il y eut perte des moteurs en vol du Airbus A330-243, son avion n’était-il pas devenu un genre de planeur qui faisait corps avec son personnage ? Â»  Ce que suggérait aussi Pierre Cayouette dans la biographie qui lui est consacrée.   Et j’ajoutais : « En prenant la ferme décision d’atterrir son appareil et en défiant toutes les probabilités d’échec, il a bravé l’impossible et est entré dans un état second de (la) conscience lui permettant de poser les actions parfaitement adaptées à la situation. Il est possible que les individus qui ont une forte signature des planètes lentes éprouvent ce genre d’état qui augmente leur capacité d’affronter avec calme les dangers extrêmes. On voit cela chez les Héros. Â»

 

La Grande conjonction de Neptune-Pluton du 30 avril 1892.                                                           

Il en a été fait quelques fois allusion sans montrer la carte. En préambule, je dirai d’abord que le cycle de rencontre de ces deux planètes est de 492 ans. Selon plusieurs astrologues, dont Irène Andrieu, la rencontre de ces planètes marque le départ d’un nouveau modèle de civilisation. Comme la rencontre s’est faite en Gémeaux, on pense tout de suite aux moyens de communication en tout genre.

Choisir le moment précis où la conjonction est effective a torturé plusieurs astrologues. En fait, la conjonction précise se produit plus d’une fois lors du rapprochement des deux planètes ; la conjonction se forme et ce défait à cause du mouvement direct et rétrograde des planètes. Les planètes progressent longtemps en tandem rapproché. Il faut donc convenir du moment à retenir qui serait le plus approprié pour le lancement d’une nouvelle ère civilisatrice. Un groupe d’astrologues assez important s’est entendu pour retenir la date du 30 avril 1892 à 1 heure 54 GMT (Londres). Cette date et cette heure sont celles de la dernière conjonction en mouvement direct et précise à la minute près. Elle reste précise ainsi durant 23 heures environ. D’autres astrologues ont proposé d’autres dates antérieures à celle-ci, alors que les deux planètes avaient des orbes assez importants. Leurs hypothèses le voulaient ainsi. Notre choix pour 1 heure 54 minutes GMT pourra toujours sembler arbitraire, mais je rappelle qu’il est au plus près de la conjonction et qu’il est des plus intéressant au regard de l’histoire de l’aviation. Car les signes des Gémeaux et du Sagittaire sont alignés dans l’axe vertical, un paramètre important pour l’évaluation de la destinée. La position du Verseau à l’Ascendant n’est pas mauvaise non plus puisqu’elle sollicite Uranus qui est la planète la plus élevée de la carte et qui joue un rôle important en matière d’innovation et de révolution technologique. Les quelques exemples déjà apportés dans cet article laissent entendre que ce modèle est opérationnel. Selon moi, cela n’interdit pas de choisir une autre heure où la conjonction est encore précise à la minute près, quand il est question d’un autre champ d’intérêt ou d’activité. Par exemple, à 4 heures 38 minutes 51 secondes, le Soleil au lever pour Londres est à10°17’ du Taureau. C’est très intéressant pour juger de l’ère matérialiste mais moins pour parler de l’aviation proprement dite, quoiqu’on puisse faire entrer cette dernière dans le modèle matérialiste. Par ailleurs, on peut aussi dire que les communications modernes ont bouleversé complètement les modes de vie. Voici la carte retenue pour 1H54 GMT :

 

La carte du ciel ci-dessous donne une conjonction Neptune-Pluton à 7°41’ sur la Part de Fortune natale du commandant Piché, aux Gémeaux en Maison III,  


appuyée au Fond de ciel (FC). Également aux Gémeaux, la Lune à 23°56’ suivi de Vénus à 25°38’. L’axe vertical à 8°30’ Gémeaux-Sagittaire est celui des communications dont nous avons parlé. Les NÅ“uds lunaires à 16°58’ Taureau-Scorpion et les planètes non mentionnées peuvent toutes avoir une importance relative dans les comparaisons de thèmes avec les travailleurs et les évènements de l’aéronautique. Nous avons déjà fait de tels rapprochements dans les pages qui précèdent. Dans mes recherches, j’ai remarqué que le signe des Poissons apparaissait dans la série d’évènements malheureux des ballons dirigeables ; or, on constate que les signes des Poissons et de la Vierge sont interceptés en Maisons I et VII, deux signes qui sont en quadrature de la Grande conjonction. De ces accidents, on a tiré des leçons de sécurité qu’on se doit d’appliquer rigoureusement.

La carte suivante de la conjonction Neptune-Pluton, est montée pour la ville de Québec ;  l’heure est ajustée sur le degré lunaire du thème natal de Robert Piché.  Vingt-trois heures cinquante minutes, à Québec, équivaut à 4 heures 50 minutes AM, à Londres. Cette façon de faire assez inusitée ne déroge pas à la conjonction puisque les deux planètes progressent en tandem sur les mêmes minutes de longitude durant 23 heures. Un tel arrangement, on pourrait le faire aussi avec Vénus ; en faisant naître notre Héros 3 minutes plus tôt, sa Lune de naissance occuperait la même minute que Vénus (25°38’) de la Grande conjonction Neptune-Pluton.  Dans ce cas, le MC à Québec serait à 11°33’ en Scorpion. Ce choix de lier les deux cartes par Vénus est pertinent, d’abord parce que deux planètes à deux minutes d’orbe sont déjà en conjonction, ensuite parce que Vénus gouverne l’Ascendant par maîtrise et dispose de Jupiter en Taureau.  Les deux planètes en réception mutuelle favorisent le Sagittaire, le Taureau et l’Ascendant Balance de Robert Piché.


La présente carte équivaut à 4 heures 50 minutes à Londres, 10 minutes et demi après le lever du Soleil. Une carte possible ajustée sur le degré de Vénus donnerait 4H46. L’une ou l’autre placent le Soleil de Robert Piché près du MC de celle-ci. Donc, aussi bien s’en tenir à celle que nous avons sous les yeux. Cette carte fait de Robert Piché, un élu du destin de l’aviation par le fait que son Soleil natal à 12°56’ Scorpion se superpose au degré du MC de la Grande conjonction établi en fonction de son lieu de naissance à Québec, MC qui est à 12°19’ Scorpion, le 29 avril 1892 à 23 heures 50 minutes de l’Est. Son Soleil natal sur le point le plus élevé de la carte de la Grande conjonction appelait cet homme au succès et à la renommée. Mais un triomphe n’arrive pas seul ; cela vient avec le labeur quotidien et la maitrise des outils de travail. Il le souligne  dans ce genre de paroles : « Je n’ai fait que mon travail, je n’ai appliqué qu’une routine. Â»  La Lune en VI parle de son application à la tâche. En fin de compte, je ne prétends pas que la Grande conjonction établie pour la Ville de Québec remplace celle plus générale établie pour Londres, sauf que celle montée pour la Ville de Québec souligne le rôle du commandant Piché dans l’aviation. Je pense qu’on pourrait procéder de la même façon pour situer tout autre pilote dans la Grande conjonction. À défaut d’un ajustement à partir de planètes rapprochées, on réorienterait la carte de la Grande conjonction en fonction d’un nouveau MC correspondant au degré du Soleil natal du pilote. Après tout, ce sont les pilotes qui font l’aviation ; sans eux, il n’y a plus la profession (MC).



La carte centrale de cette roue double est celle du thème précédent, tandis que la deuxième roue est celle du thème natal de Robert Piché. Sur la 1e carte, Mercure, Saturne et Uranus sont rétrogrades. Un tel Mercure rétrograde dans la carte de la Grande conjonction invite à la prudence dans les achats de véhicules de transports, du moins à prendre des précautions dans leur achat et leur entretien. Tel que montée pour Québec, la même carte profite à Robert Piché mais aussi au monde de l’aviation. Les deux Soleils, se retrouvant dans l’axe vertical, favorisent les compagnies qui engagent l’aviateur Piché ainsi que la promotion de ce dernier, en raison de la position dominante de son Soleil. La roue centrale de la Grande conjonction indique le potentiel à long terme, tandis que la roue extérieure (la seconde) représente le ou les individus qui s’inscrivent dans son courant d’énergie, et concrétisent des éléments de ce potentiel. Par exemple, sur cette roue extérieure, Robert Piché apporte son expérience et sa protection par Mercure et Vénus en Sagittaire en Maison XI (connaissance et protection).  L’encadrement de l’Ascendant (sur la gauche de la ligne horizontale) par Mars et Chiron renforce le Mars déjà puissant de la Grande conjonction de 1892. De plus, la carte montée pour la Ville de Québec montre un Mars en Maison 1, tandis que ce dernier est en XIIe pour la même carte montée pour Londres. La carte montée pour Québec me dit aussi, par le Sagittaire en XIIe, qu’il pourrait y avoir des épreuves accidentelles dans l’aviation, mais qu’un aviateur né à Québec pourrait possiblement en surmonter (Mars en I). Le Jupiter de R. Piché sur le NÅ“ud Nord de cette Grande conjonction engage vers l’avant, propose l’espoir où il en manque, accorde une capacité associative envers ses passagers et les collègues pilotes de lignes. Il s’est associé les 64 000 pilotes qui ont célébré son exploit à Washington.

Comme le laisse entrevoir la Révolution solaire de son anniversaire 2000 (non illustrée ici), avec un Ascendant annuel en Scorpion, l’axe des signes des communications est intercepté dans l’axe des Maisons I-VII et la Lune au FC (fond de ciel) en Poissons annonce pour Robert Piché et le monde de l’aviation, une année houleuse et bouleversante. Beaucoup de pilotes connaissent l’insécurité en raison du mouvement d’achat et vente des compagnies aériennes. Cette carte avec Poissons-Vierge sur l’axe vertical me rappelle que ces signes avaient de tels alignements dans les accidents des ballons dirigeables et que ces deux signes étaient interceptés dans la carte du ciel de la Grande conjonction Neptune-Pluton, établie pour Londres.  De plus, l’attaque des Tours jumelles du Wall Trade Center, 18 jours après l’atterrissage d’urgence, aura provoqué une crise majeure au sein du monde de l’air.

Remonter la pente et redorer l’image des personnels de l’aéronautique n’étaient pas une mince affaire. Or, pour moi, il est évident que l’exploit du commandant Piché, malgré son « burnout Â» temporaire, aura contribué à relever la confiance morale des pilotes. J’en fais la lecture en voyant Saturne, Neptune et l’Ascendant  de sa carte natale prendre position en Maison IX de la carte centrale (1ère), secteur du mental supérieur où s’expriment, foi, conviction et conception ; d’autant plus significatif ici que Neptune représente le besoin de croire et Saturne le besoin de comprendre rationnellement. Avec le temps et l’expérience, il a pu approfondir certaines idées et préciser ses conceptions vis-à-vis ses collègues de métier, tels que le suggèrent les planètes en Maison IX, et en Maison VII : Uranus, Pluton, de même que le MC et le NÅ“ud Sud. Puis, la conjonction des Lunes sur les deux cartes l’attachait naturellement, dès l’enfance, avec le monde de l’aviation. Les deux Soleils alignés sur le méridien vertical promettaient  quelque alliance dans la destinée. 

L’opposition de Mars et d’Uranus natales chez Robert Piché n’est pas facile à vivre et soulèvent des émotions vives, le gout des extrêmes et parfois des ruptures. Par chance que ces deux planètes étaient bien aspectées à son Soleil natal. Les ayant à l’œil, il a pu en contrôler les excès possibles. De plus, la conjonction Saturne-Neptune au sommet d’un carré en T l’invitait à se surpasser. Ces deux planètes sont des forces contradictoire : Saturne structure, Neptune veut dissoudre. Sans Saturne à ces cotés, Neptune aurait pu donner une personnalité éclatée qui ne sait pas se ramasser. Par contre, c’est Neptune qui pouvait maintenir un bon degré de confiance. C’est dans ce carré en T que se jouaient les plus grands défis de son existence. Encore une « coïncidence Â» des plus surprenantes : La Lune noire (Apogée lunaire) moyenne de la Grande conjonction est à 20°55’, c’est-à-dire pratiquement sur le Saturne natal de Piché à 20°58’ de la Balance ; pour ajouter la cerise sur le gâteau, la Lune noire vraie de la Grande conjonction est à 22°20’ alors que le Neptune natal de Piché est à 22°14’. Forcément, il y a plusieurs liens subtils qui unissent l’homme à l’aviation ? Ici, les Lunes noires pouvaient apporter une note ou un vernis apolliniens à la personnalité, le costume aidant. En somme, on peut comprendre que l’année 2001 aura permis de rouvrir et de guérir certaines blessures.

L’atterrissage du 24 aout 2001 à 6H45 du matin à l’aéroport de Lajes dans l’île portugaise de Terceira (Açores).


À l’étape d’écriture de cet article (3 aout 2010), je découvre pour la première fois et je lis une entrevue que Robert Piché a accordée à Luc Bouchard de Sélection Magazine. J’ai été interpellé par une question de Luc Bouchard : « Et la chance,   dans tout ça ? Â» -- En réponse, le commandant Piché laisse entendre qu’il ne se considère pas comme un héros, mais plutôt qu’  « (il) a tout simplement l’impression d’avoir été épargné ce soir-là. Tous les facteurs étaient réunis pour que l’appareil atteigne l’île. Je ne parle pas de faire atterrir l’avion c’est mon travail. Je parle du fait d’atteindre l’île, ce qui n’a rien à voir avec mes compétences ou mon expérience. Il fallait, dit-il, que les astres soient drôlement bien alignés, pour que l’on s’en sorte de cette manière. Ai-je une bonne étoile ou un ange gardien ? Un autre pilote aurait-il été aussi chanceux ? Â» http://www.selection.ca/mag/2005/02/piche_entrevue.html

Le lecteur a dû remarquer que c’est la question que je creuse depuis le début de cet article et qu’y répondre est chose assez complexe mais potentiellement réalisable, tout en laissant place à l’impondérable. Dans l’analyse de la carte précédente, je disais que Robert Piché apportait son expérience et sa protection dans la compagnie pour laquelle il travaille et, du fait même, à ses clients que sont les passagers, n’est-ce pas ? À mes yeux, la protection c’est plus que la chance. La protection c’est plus près de l’image de la bonne étoile ou de l’ange gardien, ça tient aussi de l’accès à ses ressources profondes dans ces circonstances où l’ego s’oublie. L’histoire du prodigieux rapporte beaucoup de cas où des personnes ont eu l’impression d’être guidées de façon mystérieuse pour éviter la catastrophe. Dans le cas de monsieur Piché, le simple fait d’avoir gardé son calme à la barre de l’aéronef, est en soi un miracle. Une telle maîtrise de soi dans les pires conditions est le fait d’hommes qui ont la conscience du tragique et c’est une qualité qu’on rencontre souvent chez les personnes du signe du Scorpion. Avec elles, les grandes choses s’arrangent, les petites choses dérangent

La carte que nous avons sous les yeux montre les positions planétaires vues de la Terre au moment de l’atterrissage sur l’île de Terceira, aux Açores, aux deux tiers de la traversée de l’Atlantique, à 6H45 GMT. J’ai pensé que, pour mieux rendre compte de la situation, il fallait aussi considérer l’espace-temps parcouru entre la découverte de la panne et l’atterrissage à l’aéroport de Lajes. Une heure quarante-sept plus tôt, lorsque les pilotes ont pris connaissance de la panne, l’orientation du ciel était quelque peu différente.  Si on tient compte du mouvement du ciel autour de la Terre durant cette période, on constate que l’Ascendant a progressé de 1°24’ à 25°09’ du Lion. Or, à  I°07’ de ce signe se trouve précisément le MC natal de Piché, point de départ de la Maison X, celle de la profession, de la réussite, du sommet de destinée ou point de rayonnement de la personne. C’est dire que le mouvement de l’Ascendant durant le vol en panne a couvert 23°45’ d’arc dans le signe du Lion en maison X, qu’il a transité le NÅ“ud Sud natal (17°10’) et Pluton (23°11’) avant de terminer sa course avec l’atterrissage (ASC Lion à 25°09’).  Le fait que l’Ascendant du moment de l’apparition de la panne culminait sur le MC natal de Piché avantageait l’état mental de celui-ci. Par contre, astrologiquement parlant, les voyageurs avaient raison d’être inquiets, car les planètes en maisons de terminaison, tels Uranus en VIIIe Maison, la Lune en chute en IVe Maison et maitre de la XIIe, Vénus, Jupiter et le NÅ“ud Nord en XIIe avaient de quoi faire bailler à la mort. Les passagers ont dû se sentir comme des condamnés au poteau d’exécution. Sans l’état de grâce particulier de Piché, cet avion aurait amerri en morceaux.

Voici la carte qui regroupe trois moments : 1) la carte du ciel de naissance de Robert Piché dans la roue centrale; 2) la carte de l’apparition de la panne, 2e roue; 3) la carte de l’atterrissage proprement dit, 3e roue.



Il y a d’autres facteurs qui sont présents dans cet épisode périlleux du voyage.  Le Soleil à 1°11’ en Vierge est aussi dans la Maison X du thème natal du commandant Piché. Il ne reste au Soleil que trois jours pour atteindre la Lune noire (vraie) natale et la Porte invisible du mi-point Uranus/Saturne, point de douleur qui laisse s’engouffrer les souvenirs angoissants de l’existence. Sa biographie nous révèle que les journalistes et quelques souffleurs « amicaux Â» ont joué leur rôle pour rouvrir les vieilles blessures. Somme toute, malgré les interventions malveillantes de certains, l’atterrissage d’urgence signe l’acte de naissance pour la gloire ou la célébrité. Dans son Manuel Complet d’Astrologie Scientifique et Traditionnelle (Éditions Niclaus, 1967), l’astrologue Hadès publie la liste des symboles des degrés, inspirés par l’astrologie hindoue. Du 12° à 13° du signe du Scorpion : « Une grande tour solitaire perchée au haut d’un roc. Â»  Il  donne à cette expression symbolique, le commentaire suivant : « Caractère puissant et indépendant, on sera un exemple pour beaucoup. Position élevée. Â» Donc, quand on est appelé à la gloire, aussi bien l’être dignement.

Le lecteur a-t-il remarqué que la Lune appliquait en direction du Soleil natal de Piché (12°56) durant ce voyage mémorable et qu’elle a franchi ce degré à l’atterrissage (12°05’).  Sans la proximité du Soleil du commandant Piché, cette Lune, devenue maitre de XIIe Maison, aurait pu signifier une catastrophe plus grave. L’écart restant de 51’ d’arc fut dépassé par la Lune dans les deux heures suivantes.

Si on fait progresser le Milieu de ciel de l’évènement, de la même façon qu’on l’a fait pour l’Ascendant, on constate que le MC de la période dramatique du vol TS-236 a transité sur le Jupiter natal en VIIe Maison de Robert Piché, transit qui peut aider à comprendre pourquoi ce pilote s’est donné entièrement à son groupe de  passagers pour les conduire à bon port. Au début de cet article, nous disions que ce Jupiter était maitre de Mercure et Vénus en Sagittaire (l’un des signes les plus importants de l’aéronautique), que Vénus était maitre de son Ascendant personnel et des planètes en Balance, que Mercure était maitre des Gémeaux et disposait de la Lune en Maison IX.  Somme toute, le transit du MC sur la position de Jupiter (16°19’ rétrograde en Taureau) du thème natal de notre pilote ajoutait de l’efficacité à ce Mercure en Sagittaire.

Mercure, faut-il le dire aussi, est maitre du Soleil en Vierge de la période dramatique de ce vol et de l’atterrissage réussi malgré une panne majeure. La gérance des détails est aussi un attribut de la Vierge, détails qui sont importants dans les technologies de pointe.  Entre autres détails du vol, il fallait calculer précisément le rythme de descente d’altitude et de vitesse pour arriver à la piste de Lajes.  Le co-pilote, Dirck De Jager, s’est bien chargé des calculs et des communications avec les aéroports. Quant au pilote, il veillait à ménager sa hauteur (son « gaz Â») et à maintenir une vitesse raisonnable pour garder le contrôle de l’appareil en vol sans moteur, jusqu’au lieu d’atterrissage à 120 km de distance. Il n’y avait pas de chance de reprise.

L’enchainement des relations astrologiques favorables dans le même homme a permis de dominer avec courage et intelligence, un évènement accidentel causé par la défectuosité d’une conduite d’essence.  Je ne vois pas dans la carte du commandant Piché des facteurs astrologiques qui auraient pu causer la défectuosité, d’autant plus que tout démontre qu’il était au maximum de sa forme et de ses moyens au cours de ce vol. J’ajouterai que Mars et Pluton, transitant en Sagittaire, pouvaient fort bien toucher le monde de l’aviation, ce qui s’est confirmé avec l’attaque du Wall Trade Center. Toutefois, ces deux trônes du Scorpion : Mars et Pluton, sont des outils bénéfiques pour quelqu’un né sous ce signe zodiacal. Leur transit dans l’entourage de Mercure et Vénus en Sagittaire du thème natal de Piché apportait, en la circonstance, une attention soutenue et des gestes volontaires concrets pour protéger la clientèle de ce vol d’Air Transat (Sagittaire en Xe et XIe Maisons dans le thème de la Grande conjonction Neptune-Pluton du 30 avril 1892). Par ailleurs, je voudrais rappeler que, dans le domaine de l’air, la sécurité des aéronefs dépend d’un niveau très élevé de mesures préventives. Le Mercure rétrograde de la Grande conjonction est un signe d’alarme à respecter. Il est possible que les responsables de l’entretien de l’avion aient failli en quelque chose lors du changement de moteur, 67 heures de vols avant l’accident. Mais il se pourrait aussi qu’un défaut de conception au niveau des conduits qui alimentent le moteur en kérosène et en huile soit la cause de la panne. Un tuyau d’huile hydraulique aurait occasionné l’usure par frottement avec le tuyau de kérosène. La compagnie Airbus a fait une campagne de rappel pour corriger ce qu’on peut appeler un défaut de conception.

Certains pilotes ont pensé qu’ils auraient pu faire mieux.  De toute façon, il y avait une panne, on ne savait pas en quoi elle consistait ; et les cadrans de pression et de température donnaient des lectures contradictoires difficiles à interpréter. Après le fait, c’est facile à dire…!  Mais l’atterrissage lui-même, quel pourcentage de pilotes en a réussi le test dans le simulateur de vol ?  On dit 20% seulement, alors qu’ils avaient l’avantage de savoir que l’atterrissage avec ce gros avion était possible après un vol plané de 120 kilomètres sans moteur ; … parce que le commandant Piché avait réussi l’exploit.  En plus, ils n’étaient pas dans les mêmes conditions de stress que ce l’était avec des personnes à bord de l’avion. Dans un cas on tient la vie de 306 personnes, dans le simulateur de vol l’exercice interroge la compétence du pilote.

L’observation répétée des planètes lentes chez beaucoup de personnes et particulièrement chez Robert Piché m’a convaincu que ces planètes ont une grande importance surtout quand elles sont près des antennes cardinales. Un premier exemple, le fait qu’Uranus et Pluton encadrent le MC, est un défi pour l’individu qui doit tôt ou tard associer sa destinée à celle d’un courant collectif, qui prend ici la forme de l’aéronautique. Une deuxième application, le Neptune de la carte natale de Robert Piché applique en conjonction de l’Ascendant Balance. Cette planète, dite transpersonnelle, vient teinter le tempérament de base défini habituellement par les planètes rapides, dites personnelles. La planète Neptune a la particularité d’accorder un degré très élevé de sensibilité et de perception globale. Le trigone de Neptune à la Lune aux Gémeaux-Maison IX a pu élever favorablement le sens de la perception de Robert Piché dans les situations extrêmes qu’il rencontrait.

 

Ce qu’on peut tirer des progressions planétaires Naibod

Cette méthode de progression planétaire vient ajouter quelques ingrédients à ce plat généreux.  Le Soleil progressé de R. Piché était entré en XIe Maison du thème de la Grande conjonction depuis six ans. Par ce Soleil, Robert Piché était élu pour apporter une protection quelque part dans le monde de l’aviation. Son Jupiter en progression Naibod était conjoint au NÅ“ud Nord progressé de la Grande conjonction et à un degré près du Soleil natal de cette Grande conjonction. Il faut dire aussi que les trois Lunes, celle de la Grande conjonction, celle de la progression de cette dernière et la Lune natale du thème de Piché, se rencontraient toutes trois entre 22°21’ Gémeaux et 25°40 du même signe. La carte progressée du commandant Piché favorisait nettement l’aviation et ce vol du 24 aout en particulier. Son Ascendant progressé en Sagittaire, Mercure au MC, ses planètes et les NÅ“uds bien situées dans l’axe I-VII l’indiquent indubitablement. Même le Soleil progressé en XIe Maison favorisait l’Ascendant Verseau de la Grande conjonction. C’est étrange, n’est-ce pas, qu’autant de données astronomiques ou astrologiques se rencontrent d’aussi près sur une période de 108 ans cinq mois ?  La carte à trois roues ci-dessous est celle que nous venons de commenter :



C’est déjà assez pour comprendre qu’il y a beaucoup de choses étroitement reliées en ce monde, que l’interaction universelle est une loi importante des mondes spatio-temporel et psychique. Ressentir les énergies et les vivre à leur niveau d’intensité est à la fois une charge et une bénédiction. Ce n’est pas quelque chose qu’on recherche, mais une essence qui « est Â» et qu’ Â« on accepte de vivre. Â» Je crois que Robert Piché a vécu quelque chose de cet ordre, si j’en juge par le dernier chapitre intitulé « Ã€ cÅ“ur ouvert Â», de son livre actualisé et enrichie dans la nouvelle édition 2010. C’est, après avoir écrit ce qui précède, que j’ai lu ce chapitre dans lequel il parle de sa capacité d’avoir une saisie globale des éléments qui composent une situation. Voilà à peu près ce que j’ai énoncé quelques paragraphes plus haut. Ce livre, sous la plume de Pierre Cayouette, documente bien la vie de Robert Piché et les évènements de l’atterrissage d’urgence. Il a largement inspiré le film. C’est bon à lire : Pierre Cayouette, Robert Piché aux commandes du destin, Libre Expression, Mtl, 2010, 278 pages.

En visionnant le film la première fois, j’ai ressenti surprises et émotions ; et je me demandais : pourquoi accorder autant de minutes aux évènements carcéraux de la Coastal State Prison de Tattnall, en Géorgie, Etats-Unis ?  Au second visionnement, j’ai apprécié davantage, car j’ai compris que l’exposition de ses frasques et de son cheminement avait leur place dans le film pour faire prendre conscience des drames humains et sociaux, et pour donner de l’envol à son projet de venir en aide aux personnes souffrant de dépendances. C’est un film à message qui remue nos fragilités et nos lâchetés et qui apporte l’espoir de les surmonter.

 

En guise de conclusion :

La nouvelle mission que s’est donné l’aviateur, est largement tributaire de ce Neptune en Balance qui rend sensible aux questions juridiques et au monde carcéral. Neptune-Balance et la Maison XII, en terme de thème solaire et spirituel, y sont pour quelque chose dans ses projets de réhabilitation des prisonniers, de libération de l’homme des « prisons Â» en tous genres. C’est un plan qui ressemble à un modèle spirituel neptunien. Il se pourrait que l’entrée prochaine de Neptune en Poissons et le transit de Saturne en Balance pour les 2 à 3 prochaines années, soient des occasions des plus favorables à la concrétisation de son projet dans des lois et dans les traitements des problèmes de dépendance. Bravo pour ses exploits et ses projets ! Je lui souhaite la meilleure des chances. Ses projets humanitaires ont besoin de l’appui du grand nombre.

Le mystère du non-dit recouvre la complexité du dit !  L’astrologue peut monter la chaine (ou le canevas) d’une destinée, mais c’est le vécu individuel qui en fixe la trame (ou la broderie) qui laisse apparaitre l’icône aux couleurs d’arc-en-ciel.

Donat Gagnon

Bécancour, 17 aout 2010, 15 heures 10 minutes.

Commentaires des lecteurs :

1. Une amie, France Beltrame, m'a demandé si Antoine de St-Exupéry pouvait avoir quelques liens avec la Grande Conjonction Neptune-Pluton. Heureusement, j'ai trouvé ses coordonnées de naissances qui me permettent de donner quelques brèves indications : On sait que St-Exupéry est né à Lyon, le 29 juin 1900, à 9:15 am. Cette heure de naissance place l'axe Gémeaux-Sagittaire dans l'axe vertical X-IV des maisons. Mars à 1°25 Gémeaux est conjoint au MC à 0°26' du même signe. Il est suivi dans la maison X par le Noeud Sud, Pluton et Neptune. À l'opposé, il y a Jupiter conjoint au Fond de Ciel, suivi d'Uranus conjoint également au Noeud Nord à 10°48'. Il n'y a pas de doute que le signe du Sagittaire fasse partie de la dominante avec la présence de Jupiter, son maitre.  Mercure, conjoint à la Lune en Lion, laquelle est maitre du Soleil en Cancer, est très important par la maîtrise qu'il a sur la maison X et sur l'Ascendant Vierge. Cette importance est confirmée par le fait qu'il a été un aviateur livreur de courrier (papier édité attribué à la Vierge) et qu'il a été lui-même un écrivain génial. Par ailleurs, dans le thème de la Grande Conjonction monté pour Londres (ou même pour Lyon), je disais que l'axe Poissons-Vierge apparaissait dans les accidents d'avions (ces signes étant interceptés dans l'axe des maison I-VII; de plus Mercure était rétrograde). Cela n'a pas empêché de développer l'aviation, mais on a compris qu'il fallait appliquer le principe de précaution à un très haut niveau et qu'on ne pouvait pas lésiner sur l'entretien des appareils. Or, d'après France Beltrame, St-Exupéry savait se montrer très exigeant envers les travailleurs qui s'occupaient de l'entretien de son avion. Si ce comportement ne ressemble pas à la belle harmonie du bon compagnonnage, c'est sans doute parce que Saint-Exupéry était pointilleux sur les détails, tel que le veut son Ascendant Vierge et l'exige la sécurité dans l'aéronautique. Son ascendant natal en Vierge en faisait donc un associé bien conscient (Vierge en VII) du thème de la grande conjonction sous le rapport de la sécurité.
Un point des plus importants à souligner est la présence de Mars, Noeud Sud, Pluton et Neptune en Gémeaux et en Maison X; c'est l'indice du potentiel de destinée qu'il portait sans en être tout à fait conscient en bas âge puisque, à l'exception de Mars, les trois facteurs astronomiques relèvent plutôt de l'inconscient collectif. Pour des raisons subjectives peut-être ou en raison de son Soleil en Cancer, Saint-Exupéry voulait devenir marin. Cela lui a été refusé. Ce sont des facteurs collectifs qui l'ont amené à se diriger dans l'aviation quand il s'est enrôlé dans l'armée (Mars conjoint au Milieu de Ciel de sa carte natale). C'est ici que le rattachement avec le thème de la Grande Conjonction est des plus éclairant; si on le monte en plaçant le Milieu de Ciel sur le même degré que le Soleil de Saint-Exupéry, soit à 7° 8' Cancer, la Lune du thème de la Grande Conjonction est passée au Cancer à quelque cinq degrés du MC Cancer et du Soleil de Saint-Exupéry. Par ailleurs, Neptune-Pluton se retrouvent en Maison IX, maison de l'appel, des voyages et des communication, des options morales aussi. Effectivement, il a été appelé à connaître une renommée universelle par le moyen de l'aviation et par ses écrits de rêveur solitaire qui ont fourni des éléments de noblesse à l'aéronautique et à la littérature. La veille de sa dernière mission pour l'armée, le 30 juillet 1944, il avait envoyé ce message rempli de la douleur de son époque, à son ami Pierre Dalloz : "Si je suis descendu, je ne regretterai rien. La termitière future m'épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j'étais fait pour être jardinier." Référence : www.freewebs.com/saint-ex/
Note : Certains lecteurs ont pu remarquer que des modifications ont été apportées au commentaire ci-haut. J'avais placé les signes interceptés dans l'axe II-VIII; ce qui m'avait amené à faire un commentaire inapproprié sur la mort de Saint-Exupéry. Par contre, les ajouts apportés mettent en lumière la façon de relier la carte d'un individu à celui de la Grande Conjonction Neptune-Pluton.
(Par Donat Gagnon en collaboration avec France Beltrame)