QUE NOUS RÉSERVE L'OPPOSITION URANUS/SATURNE CETTE ANNÉE?

QUE NOUS RÉSERVE L'OPPOSITION URANUS/SATURNE CETTE ANNÉE ?  Par Irène Andrieu.


La multiplication des demandes de consultations allant dans le même sens, démotivation, sentiment de vide ou de blocage, incapacité de faire des choix, incite à penser que quelque chose « déraille » dans le ciel qui nous entoure.


Certes, l’époque ne se prête pas à des changements sociaux décisifs pour la grande majorité d’entre nous. C’est pourquoi, avant de nous lancer à la recherche d’un avenir prévisible ou pas, j’ai pensé qu’il valait mieux remettre à sa juste place le pessimisme ambiant en posant le cadre et les limites et la chronologie de la phase de turbulence que nous sommes en train de traverser.

 

LIENS AVEC LA CRISE FINANCIERE  
 

Pour comprendre l’origine de ce malaise, mieux vaut éviter la confusion entre des événements qui ne découlent pas nécessairement les uns des autres.

C’est ce que nous permet de faire l’astrologie mondiale qui étudie les effets à long terme des grands cycles astrologiques entre deux ou plusieurs planètes lentes.

Une telle étude permet de dissocier clairement les rebondissements actuels de la crise financière des années 2007/2008 (liés à la conjonction Jupiter/Pluton en Sagittaire), de la lourdeur du climat psychologique et social qui s’est installé depuis le début de l’année.

Astrologiquement, cette crise a particulièrement souligné les aberrations économiques de la gestion mondiale des ressources financières.

Dans le même temps s’imposait dans le public et auprès des gouvernements, des tendances développées de longue date par des groupes considérés comme marginaux : dénonciation de la répartition injuste des richesses et de la mise à sac des ressources environnementales de la planète, mettant en péril sa survie.

Revenons en arrière. La prise de conscience actuelle de la réalité de ces risques écologiques, impliquant la mise en œuvre de solutions d’urgence, découle directement des courants écologiques et politiques issus de  la dernière conjonction Uranus/Pluton (1962/1970). S’il faut en croire la logique historique du cycle entre les deux planètes, cette tendance deviendra dominante durant la période révolutionnaire de leur premier carré (2012/2015). Révolution dans tous les sens du terme, si l'on fait référence aux deux derniers carrés du même genre au XVIIIe et XIXe siècle, contemporains d'un florilège de grandes découvertes scientifiques, telles que le premier coup de téléphone de l'histoire lancé par Graham Bell le 10 mars 1876, lors du carré parfaitement exact. Même si on redoute le pire, on peut donc s'attendre à une avancée technologique permettant - peut être - de résoudre une part de nos difficultés actuelles.  

 

CHASSE-CROISE  

 

En consultation, cette adhésion à la morosité ambiante semble, pour sa part, se manifester de préférence chez les personnes disposant de naissance de planètes lentes (de Saturne à Pluton), sur les trois derniers degrés de tous les signes du zodiaque.

Ces degrés particuliers sont actuellement marqués par les effets de l’opposition Uranus/Saturne en Poissons et Vierge, dont l’influence atteint actuellement son seuil culminant. Entre phase directe et rétrograde ce phénomène devrait se prolonger jusqu’à début août. Avant que les réactions induites s'étendent à l'ensemble des cinq premiers degrés des signes en fin 2010/2011.

Traduisons l’aspect en lui-même : le désir de renouveau, juste avant qu’Uranus entre dans sa phase active de Bélier (dernière référence historique, année 1927), s’oppose, en Vierge, au sentiment de stagner dans tout ce qui assurait habituellement notre illusion de la continuité des choses.

Cette opposition est susceptible d’être mal vécue plus particulièrement par les personnes marquées de naissance par l’influence conjuguée des deux planètes. Ainsi en est-il pour les natifs des années  1969/1971 pour lesquels Saturne transite sur la position de leur Uranus natal.

Dans le même temps, Uranus passant sur leur Saturne natal en Poissons ou début Bélier, produit une double inversion énergétique : toute initiative semble bloquée tandis qu’ils ressentent une forte remise en cause de leurs positionnements sécuritaires, le plus souvent jusqu'à présent rejetés ou ignorés. C’est la quadrature du cercle pour le grand nombre de personnes qui, nées avec cette opposition, fonctionnait dans la liberté absolue et le travail considéré comme "alimentaire". 

La même opposition concerne les personnes arrivant à l’âge de la retraite (années 1950/1952) marquées par le carré entre les deux planètes. L’appréhension de l’avenir dans un monde incertain les frappe de plein fouet. Et ceci d’autant plus que Saturne transitera leur conjonction inertielle Neptune/Saturne de Balance, de la fin de l’année 2010 au milieu de l’année 2011.

Cependant, tous les natifs de ces périodes ne sombrent pas dans la même angoisse existentielle. Pour les plus entreprenants, ceux qui assument déjà les risques d’une activité indépendante, il existe un « bonus » uranien évident. Et même une certaine impatience à se libérer des cadres ou obligations qui les limitaient dans des initiatives et projets plus personnels. 
Au choix : c'est l'heure de s'affirmer dans ce que nous avons de plus personnel, ou de sombrer dans les "oui, mais... non, mais..." à l'infini.

 

CARRE SATURNE/PLUTON  

 

Cet aspect qui se prolonge jusqu’au mois de septembre 2010, tend à susciter des réactions absolutistes, réfractaires à toute acceptation de la différence des autres. Les situations locales ou mondiales des derniers mois ont été très significatives de cette forme de rigidité mentale, aussi bien politique qu'individuelle. Durant les quatre mois qui viennent, Jupiter se mettant de la partie, les réactions paranoïaques en tout genre risquent de se démultiplier, même s'il ne devrait rien en résulter de décisif sur le plan des conséquences à moyen ou long terme. A moins d'un passage aux actes incontrôlé.

La relation en aspects entre les deux planètes étant relativement fréquente, toute personne qui en dispose de naissance, peut également s’estimer brimée dans sa volonté d’orienter les choses à sa guise, et se proclamer victime d’un mauvais sort face aux revendications libertaires ou égalitaires de la « partie adverse ».

Faut-il s’étonner, dans un tel contexte, que des révoltes éclatent au sein des régimes totalitaires aussi bien que dans les banlieues ou les cités où dominent les populations défavorisées ?

Cependant, le vent de l’histoire ne souffle pas encore en direction d’une révolution radicale. La mise en place d’un réformisme mesuré, tel qu’il se joue habituellement dans la relation Uranus/Saturne, devrait l’emporter dans les conflits qui peuvent se développer sur un peu plus d’une année.

Attendez-vous donc à un climat général assez semblable à celui qui a présidé aux récentes élections du Royaume-Uni.

 

ET QUE FAIT-ON EN ATTENDANT ?  

 

J’ai pu constater au cours de ces consultations que, quel que soit leur niveau d’anxiété face à leurs perspectives d’avenir, la situation sociale ou personnelle réelle de la grande majorité de mes clients ne semblait pas en être affectée.

Si la période actuelle présente un risque certain de stagnation dans les positions d’attente, elle favorise en revanche la dynamisation des initiatives personnelles. Autant en tirer le meilleur parti possible, en prenant les décisions qui s’imposent au fur et à mesure qu’elles se présentent.

En outre, ces jours, même s’ils paraissent sombres, nous invitent à une réflexion approfondie sur le niveau de « révolution personnelle » que chacun d’entre nous sera prêt à assumer à moyen terme. En fonction de notre réelle volonté de sortir des impasses de nos répétitions au quotidien.

Le mieux est donc de se rappeler qu’en grec ancien « Crisis » veut dire « Changement ». Lorsque Uranus nous invite au deuil de l’immobilisme, qui existe plus ou moins en chacun de nous, nous avons tout et tous à y gagner.

 

Irène Andrieu



Commentaires des lectrices et des lecteurs :


1 - J'ai beaucoup pensé à vous dernièrement, en lisant dans quelques uns de vos très beaux livres. J'ai spécialement apprécié Planètes d'ombre et de lumières : mythes et réalité des planètes directes et rétrogrades en astrologie d'évolution (Belfond, l'Age du Verseau, 1989).  Quelle belle connaissance vécue vous avez des planètes! Ce que vous dites des lentes en mouvement direct et rétrograde colle avec l'interprétation que vous soutenez dans le présent article. Le lien que vous faites entre les configurations actuelles et celles des années soixante où s'est produite la conjonction Uranus-Pluton, est plus que pertinent. Les parents et les enseignants ont eu l'occasion d'éprouver les conditions psychologiques des personnes nées dans cette périodes. Je suis particulièrement sensible à la période 69/71 lors de la conjonction séparante de Uranus/Pluton. Ce qui signifie que les carrés et les oppositions désignées cette année vont concrétiser le ressenti de cette époque et d'autant plus par l'entremise des personnes qui y sont nées. Vos écrits laissent clairement entendre, du moins il me semble, que l'être humain incarne plus souvent inconsciemment l'énergie des planètes lentes, parfois c'est conscient, mais les contrôler relève de la prétention. Cela m'incite à regarder le climat actuel avec une certaine sérénité; ce qui veut dire ne pas prendre toute la charge sur ses épaules, faire ce que l'on peut et espérer que la part qui nous échappe est sans doute mieux gérée par les puissances qui nous dépassent. Savoir et accepter les transformations nécessaires est déjà libérateur. Mais se rappeler aussi qu'il y a toujours des gens qui attendent les prétextes pour lancer les peuples dans des aventures inutilement douloureuses et destructrices. Mon sens de l'équilibre Balance au MC me le rappelle de temps en temps et m'incite à modérer l'aventurisme, cela dit tout en encourageant certaines audaces dans le sens où en parlent un Chogyam Trungpa, un Plotin ou un Léon Chestov. (Par Donat Gagnon)